Nicolas de Tavernost en a sorti une bien bonne. Après tout, si même Libération ose demander l’aumône aux fournisseurs d’accès à Internet sous prétexte que les internautes préfèrent lire des blogs que ses articles, pourquoi se priver. « Il n’est pas normal que nous servions de tête de gondole aux diffuseurs de contenus sans en retirer de bénéfices« , aurait ainsi déclaré mercredi le président du directoire de M6, sous les applaudissements silencieux de TF1 qui n’en pense pas moins.

« Aux Etats- Unis et en Allemagne, les diffuseurs paient les chaînes de télévisions gratuites« , a-t-il justifié.

On ne sait pas comment les choses fonctionnent aux Etats-Unis et chez les allemands, mais il est tout de même curieux de demander aux fournisseurs d’accès à Internet de payer pour un service qu’ils leur rendent. C’est bien grâce aux FAI et à leurs services TV que les chaînes gratuites peuvent diffuser leurs publicités auprès des spectateurs internautes. Si M6 n’avait pas d’autres moyens ques les fournisseurs d’accès à Internet pour atteindre la ménagère de moins de cinquante ans, demanderait-elle toujours aux FAI de payer pour lui donner ce privilège ?

Soit M6 est une chaîne gratuite, soit elle est une chaîne payante. Mais elle ne peut pas être « un peu des deux » le jour où le marché publicitiaire des chaînes de télévision tend à s’effondrer et remet en cause leur modèle économique vieux d’un demi siècle.

M6 ne peut pas réclamer le droit d’être mise sous une perfusion alimentée par les abonnements à Internet. Si son modèle économique ne fonctionne plus, il faut changer de modèle, ou de produit. Ce qui vaut aussi pour l’industrie musicale, pour la presse traditionnelle et tutti quanti.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés