La PSP Go piratable ? C'est ce qu'affirme un hacker du nom de FreePlay qui indique avoir mis au point un "proof-of-concept", c'est-à-dire une démonstration de faisabilité d'une telle méthode de contournement. Il explique avoir exploité une faille à travers un jeu déjà présent sur le marché. Prudent, il n'a pas souhaité indiquer le nom du jeu ainsi que la méthode employée... tant que celle-ci ne serait pas totalement opérationnelle.

Plus légère et plus maniable que l’imposante PSP première du nom, la PSP Go se voulait également plus sécurisée. Elle l’était, jusqu’à aujourd’hui. En effet, un hacker surnommé FreePlay a indiqué avoir déniché une faille de sécurité à travers l’un des jeux disponibles sur le marché. Si la méthode n’est pas encore totalement aboutie, c’est déjà un premier pas important dans le futur piratage de la console… et un coup dur pour Sony qui cherchait à sécuriser par tous les moyens sa nouvelle console portable.

Dévoilée lors de l’Electronic Entertainment Expo, le fameux salon international américain du jeu vidéo, la PSP Go a engendré des réactions aussi diverses que variées. Même les distributeurs de jeux n’ont pas manifesté un enthousiasme débordant lorsque la console est arrivée sur le marché. Il faut dire que le choix de ne plus proposer le lecteur UMD sur l’appareil a été un argument de moins pour vendre la console, quand bien même ce format n’était pas le plus populaire.

Mais finalement, il n’aura fallu que quelques mois pour que les tentatives de piratage ne finissent par aboutir et ce, malgré la présence d’une batterie inamovible. Certes, la technique n’est pas encore parfaite, reconnait Freeplay. D’ailleurs, tant que la méthode utilisée n’est pas pleinement fonctionnelle, le hacker a choisir de rester très flou. Si une faille de sécurité a bel et bien exploitée à travers un jeu, il n’a pas souhaité indiquer le titre incriminé.

« Je ne vais pas diffuser [la méthode] ou dévoiler le nom du jeu impliqué. C’est une démonstration de faisabilité qui pourrait être amenée à évoluer ; mais tant qu’il n’y aura pas de raison valable pour sa diffusion, je préfère surtout que Sony ne corrige pas [la faille] avant qu’elle ne devienne vraiment utile  » a-t-il expliqué à PSP Updates. C’est donc une question de temps…

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés