C’est l’une des applications les plus populaires sur l’App Store, et elle fait froid dans le dos. Tout du moins d’un point de vue français, puisque ça ne semble pas choquer particulièrement les Américains. Offendor Locator permet de localiser les « prédateurs sexuels » qui ont leur domicile à proximité, grâce à une application basée sur Google Maps et aux registres publics mis en ligne par l’administration.

Récemment, Offendor Locator a été retiré de l’App Store par Apple. Nous aurions pu alors croire que c’était cette mise au pilori qui choquait la firme de Cupertino, d’autant que les dérives sont courantes.

Car loin de ficher exclusivement les violeurs et les pédophiles les plus dangereux, les registres des délinquants sexuels peuvent ruiner la vie de citoyens lambda. C’est le cas par exemple d’une jeune américaine de 29 ans, fichée depuis 13 ans en Géorgie parce qu’elle été un jour surprise à pratiquer une fellation sur un camarade de 15 ans. Condamnée à 5 an de prison avec sursis, elle a été incarcérée un an, et se trouve toujours fichée sur les registres publics même si la fellation n’est plus interdite en Géorgie depuis 1998, et que les relations sexuelles entre adolescents consentants ne sont plus punies pénalement depuis 2006. Parce qu’elle est tout de même fichée à vie, la jeune fille ne peut pas habiter à moins de 300 mètres d’un lieu susceptible d’accueillir des enfants, voire 750 mètres dans certaines villes. Son nom, sa photographie et son adresse peuvent être trouvés facilement.

Mais si Apple a retiré l’application, c’est parce qu’il y aurait pas le droit d’exploiter commercialement les registres des délinquants sexuels de Californie, alors que l’application était payante. Offendor Locator a donc été de nouveau soumis sur l’App Store, sans le registre de Californie. L’avocat de l’éditeur a par ailleurs soumis un plaidoyer de 11 pages à Apple pour expliquer que selon lui aucune loi n’interdisait l’exploitation des bases de données de la Californie dans une application payante, mais il n’a pas encore reçu de réponse.

Une version gratuite existe également, qui intègre cette fois le registre californien.

Vivement l’implantation de puces GPS ou RFID sur tous les délinquants, que l’on puisse enfin les suivre à la trace…

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés