Thomas Mennecke, l'homme à la tête de notre confrère Slyck.com, proposait cette semaine un article pertinent sur la force de l'open-source dans la communauté P2P. Il est vrai que les réseaux Peer-to-Peer semblent tous galvanisés lorsqu'ils sont touchés directement ou indirectement par les initiatives de logiciels libres.

Il n’y a qu’à regarder le top 8 des téléchargements sur le temple de l’open-source, Sourceforge, pour se convaincre du poids que représente l’open-source dans la communauté P2P, et inversement :

1. eMule (eDonkey)
2. Azureus (BitTorrent)
3. BitTorrent (BitTorrent)
4. DC++ (DirectConnect
5. CDex (logiciels de rip de CD)
6. VirtualDub (capture vidéo)
7. FileZilla (client FTP)
8. ABC [Yet Another BitTorrent Client]

Dans son article, T.Mennecke revient ainsi sur l’histoire du P2P et l’influence très rapide de l’open-source sur son développement. Entre OpenNap qui devait immiter l’architecture de Napster et surtout l’invention capitale de Gnutella par les créateurs de Winamp, l’open-source a permis aux échanges de fichiers de continuer à se développer malgré une bataille acharnée menée par la RIAA.

Symbole de cette force, giFT est venu permettre l’utilisation du réseau FastTrack (celui de Kazaa, Grokster et iMesh) sur des systèmes autres que Windows, avant de devenir une plateforme d’interopérabilité de différents réseaux P2P existants. C’est ainsi que le « generic interface to FastTrack » est devenu le « giFTP : Internet File Transfer » et permet grâce à la force de la communauté open-source de se connecter via des plugins au réseau FastTrack bien sûr, mais également à Gnutella, OpenNap, Soulseek, et eDonkey.

Et que dire de BitTorrent ? « Créé par Bram Cohen en 2002, BitTorrent a rapidement explosé sur la scène P2P, nous rappelle Thomas. En faisant le choix de ne s’appuyer que sur des liens et non sur un moteur de recherche, ce réseau open-source s’est effet concentré avec une force inédite sur la distribution rapide de fichiers de gros volume. « De plus, une horde de clients open-source ont fait surface pour recevoir ce réseau grandissant« . On pense biensûr à des clients comme Azureus, BitComet ou ABC, mais également aux logiciels comme Shareaza qui ont inclu le support de BitTorrent à côté de réseaux plus traditionnels comme Gnutella ou eDonkey.

Une concurrence galvanisante pour les logiciels commerciaux

Certains logiciels de P2P commerciaux ont également profité du mouvement open-source. Outre les Limewire, Bearshare ou (le très commercial) Morpheus qui se sont plongés directement dans le mouvement open-source, certains en bénéficient indirectement. C’est le cas de eDonkey, pour lequel son équivalent open-source eMule a sans aucun doute contribué au succès et à la notoriété du réseau avec un client plus dynamique. Selon Thomas Mennecke, eDonkey s’est grandement amélioré sous la pression de son concurrent open-source.

Idem pour DirectConnect, pour lequel son créateur NeoModus a dû faire de gros efforts pour rattraper les qualités de son petit frère open-source DC++. « Vous vous souvenez du nombre effroyable de fenêtres ouvertes, de la connexion limitée à un seul hub, de l’absence de hashing, de téléchargements multi-source, etc., etc. ? », demande Thomas. « Grâce à DC++ et ses multiples clones, le DirectConnect de Neo Modus est un programme qui s’est amélioré de façon très significative« .

Mis à part Kazaa qui reste très utilisé aux Etats-Unis, l’ensemble des clients P2P dominants sont donc aujourd’hui issus de l’open-source. Il s’agit là d’une singularité qui méritait, sans doute, d’être saluée.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés