L'industrie du disque finalise un tout nouveau format adapté aux albums de musique, le CMX. L'objectif est d'apporter une réelle plus-value au consommateur en introduisant en plus de la liste de lecture différents bonus comme les paroles, des illustrations, des vidéos ou encore du contenu pour mobiles.

Comment relancer les ventes des albums de musique sur les plates-formes de téléchargement légal ? En lançant un nouveau format répondent en choeur les quatre grandes majors du disque. Selon un papier du Times Online, Sony, Universal, EMI et Warner finaliseraient le CMX, un format dédié aux albums de musique. Car si les ventes de musique en ligne progressent lentement mais sûrement, c’est principalement grâce à la vente à l’unité.

Concrètement, qu’apportera le CMX ? Selon un représentant de l’industrie du disque, le CMX ne sera pas une simple archive regroupant les dix titres d’un album, mais un espace où le consommateur aura accès à du contenu supplémentaire, comme des illustrations, des paroles, des vidéos et même du contenu pour mobiles. L’objectif est donc d’apporter une réelle plus-value à travers ce format, pour inciter les internautes à s’y intéresser.

Toutefois, si l’ajout de nombreux bonus est à saluer, certains poins sont encore à éclaircir : quel sera le prix d’un album sous CMX ? Au regard du contenu annoncé, le consommateur doit s’attendre inévitablement à une forte augmentation du prix. Par ailleurs, les détails techniques ne sont pas encore très clairs : comment cela va-t-il fonctionner ? Le CMX contiendra-t-il des DRM, les fameuses mesures techniques de protection ?

Des réponses qui devraient arriver bien assez tôt puisque l’arrivée du format est annoncé pour novembre, en particulier sur le prochain album du groupe irlandais U2. Néanmoins, sans le concours d’Apple, le CMX risque de ne pas aller bien loin. Bien que des pourparlers sont en cours entre les différents acteurs, Apple élabore déjà son propre format Cocktail qui apportera dans les grandes lignes les mêmes fonctionnalités que le CMX.

Une nouvelle guerre des formats est-elle à craindre ? Sans doute, car sans coopération entre les différents industriels, une guerre des standards sera coûteuse, longue et inutile. Souvenons-nous des luttes entre la VHS et Betamax, ou plus récemment entre le HD-DVD et le Blu-Ray. Les industriels en persistant de la sorte risquent d’entrainer les consommateurs potentiels dans une période de grande confusion, où l’état du marché n’incitera pas à consommer.

Aucun des standards ne s’imposant dans un premier temps, ce sera une période peu sécurisante et peu rassurante qui sera un vrai frein à la diffusion du prochain format et qui empêchera surtout les industriels de rentabiliser leurs investissements. Une situation de perdant-perdant en somme.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés