Sur le blog officiel d’Orange Services Business dédié à la sécurité, Philippe Maltere estime que la loi Hadopi et ses conséquences pratiques sur le trafic Internet porte « un danger (bien) caché« . « Le danger, en fait sera pour … le gouvernement« , écrit-il.

L’auteur, employé d’Orange, explique que l’Hadopi va pousser le grand public à utiliser massivement le chiffrement de leurs communications. « D’un nombre important de protocoles utilisés, nous allons tomber à environ … deux (ou presque). Le http standard et sa version SSL (…) le P2P tel que nous le connaissons aujourd’hui va progressivement disparaitre, mais pas l’échange de fichiers illégaux« , pronostique-t-il. « En ce qui concerne, par exemple l’échange de fichiers, des logiciels d’échange travaillant sur SSL, des serveurs de fichiers centraux type rapidshare ou megaupload offrant une option HTTPS à leurs clients, des fournisseurs de news offrant une connexion SSL (pour la plupart c’est déjà fait)« .

Or ce cryptage est un danger pour le gouvernement, assure Philippe Maltere. « Le bon père de famille va prendre l’habitude de chiffrer toutes ces données même de messagerie grâce à des logiciels toujours plus puissants et de plus en plus faciles à utiliser, avec en plus une recherche d’anonymisation plus forte grâce à des réseaux de type TOR ou I2P encore plus faciles d’accès (…) Les communications très majoritairement chiffrées vont faire passer l’état d’Internet de difficilement contrôlable à totalement incontrôlable« .

Car avant, « seuls certains chiffraient leur communication, après que l’on est écarté les entreprises, les sites bancaires et e-marchand, il ne restait pas « grand monde  » à vérifier« . Mais après l’Hadopi et les différentes tentatives de surveillance de l’utilisation du net, lorsque « toutes les communications sont cryptées, comment séparer le bon grain de l’ivraie ?« . « Impossible« , assure l’ingénieur d’Orange.

Il ajoute qu’aux Etats-Unis, c’est la NSA, l’agence de sécurité intérieure du pays, qui fait obstacle à la surveillance généralisée du réseau, justement par crainte de pousser la population à tout crypter. « Ils avaient déjà des problèmes avec Skype pour la même raison, alors généraliser le chiffrement pas question« , écrit-il.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés