Un fossé se creuse entre les mondes du logiciel libre et du logiciel propriétaire. Alors que dans le premier il est de coutume et même demandé d’améliorer les logiciels des autres, grâce au code source fourni par les développeurs, le même type de contribution peut désormais envoyer un homme en prison dans le monde des logiciels propriétaires. Chen Shoufu, le développeur d’une extension très populaire du logiciel de messagerie le plus utilisé en Chine, a été condamné à trois ans d’emprisonnement pour avoir modifié et amélioré sans autorisation le logiciel QQ.

Un peu à l’image d’un Messenger Plus, l’add-on Coral QQ développé par Chen Shoufu permet aux utilisateurs de la messagerie QQ de bénéficier d’améliorations et de fonctionnalités qui ne sont pas intégrées dans la version de base du logiciel. Mais certaines d’entre elles le sont dans une version payante, alors que beaucoup d’internautes chinois préfèrent évidemment installer l’add-on.

L’éditeur de QQ, Tencent, a donc porté plainte contre le développeur, qui est professeur à l’Institut de Technologie de Pékin, pour violation de droit d’auteur. Arrêté en août 2007, Shoufu a été condamné en mars par un tribunal de Shenzhen à verser 1,2 millions de yuans (environ 135.000 euros) de dommages et intérêts à l’éditeur, et à trois ans d’emprisonnement. Le développeur a fait appel, mais il vient d’être rejeté.

Personne ne pourra plus dire que le droit d’auteur n’est pas respecté par la justice en Chine. En tout cas entre Chinois.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés