Vampirisé par les majors de l'industrie musicale à travers d'inefficaces batailles juridiques, le Peer-to-Peer devient de plus en plus un outil à utiliser pour reconquérir le marché de la musique payante. Certaines maisons de disque tentent aujourd'hui de se servir du P2P pour mieux comprendre la demande et ainsi améliorer leur stratégie marketing.

De deux façons différentes, BigChampagne et Jun Group aident en ce moment les majors à transformer leur pire ennemi en allié secret. Le premier offre aux professionnels du disque des statistiques détaillées sur l’utilisation des réseaux P2P, tandis que Jun Group diffuse carrément des morceaux dans l’espoir de les voir être échangés sur Kazaa et eDonkey !

L’approche de BigChampagne n’est pas nouvelle, et une véritable concurrence commence même à s’installer sur le marché de l’observation des réseaux P2P. Dans le monde francophone, les québecois de Digital Intelligence Center fournissent des chiffres extrêment précis sur l’activité de FastTrack, tandis que L8Rmedia vient de lancer en France le service P2PTrack permettant aux professionnels de connaître les tendances d’échanges de fichiers sur les réseaux. Avec ces données, les labels peuvent savoir quels titres sont particulièrement appréciés en ce moment, et demander aux radio de les diffuser, tout en augmentant leur visibilité dans les rayons des disquaires. Les majors restent tout de même très discrètes sur le sujet, tant cette approche semble contradictoire avec leur condamnation des réseaux P2P.

L’utilisation de Jun Group est elle plus audacieuse. Le groupe marketing propose en effet de générer un buzz à travers les réseaux P2P en diffusant les morceaux à faire connaître directement auprès des acteurs les plus influants d’Internet (les utilisateurs d’IRC et des serveurs Usenet). Ils auraient ainsi convaincu une chaîne de télévision et même un producteur de boissons chocolatées, Yoo-Hoo. Ce dernier accord est particulièrement révélateur du champ qu’ouvrent les nouvelles technologies dans notre approche à la musique. En effet Yoo-hoo a demandé à Kevin Martin (ancien leader de Candlebox) d’écrire cinq chansons avec son nouveau groupe, Kevin Martin & the HiWatts, lesquelles devront être diffusées entièrement gratuitement, sans limitations. En contrepartie, quand elles sont jouées sur l’ordinateur, un message pour Yoo-Hoo est affiché à l’écran. Et voilà comment internautes, artistes et producteurs de boissons chocolatées trouvent leur intérêt dans le P2P ! Fier de son idée, Jun a breveté le principe, et espère conclure de nombreux accords avec d’autres artistes et industriels, y compris dans l’industrie cinématographique.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés