GoPro, qui peine à se remettre du lancement raté de son premier drone, le Karma, va licencier 270 salariés. L'entreprise californienne en est à son troisième plan social depuis 2016.

Malgré ses tentatives de redressement, GoPro va toujours mal : ventes en baisse, chiffre d’affaires en recul de 27 % en 2016… L’entreprise connue pour ses caméras miniature prisées des sportifs et des baroudeurs, déterminée à réduire ses dépenses de 18 % cette année, va donc supprimer 270 postes supplémentaires après avoir déjà licencié 200 personnes en novembre 2016.

GoPro peine à se remettre du lancement raté de son premier drone, le Karma, marqué par une série de 2 5000 retours début novembre pour des défaillances techniques qui entraînaient son interruption en plein vol.

Sa commercialisation n’a repris qu’en février 2017. La tentative de lancement sur ce marché en plein essor reste compliquée, surtout face au géant chinois DJI, leader mondial en matière de drones de loisir.

Concurrence accrue

Face aux difficultés, Nick Woodman, patron de l’entreprise, a récemment décidé d’abandonner la stratégie de métamorphose de la marque en plateforme de média entamée en 2014.

Le fabricant de caméras miniature peine à trouver une nouvelle identité alors que la concurrence se fait plus rude sur ce marché — Xiaomi, Sony… — et que les smartphones proposent une qualité d’image toujours plus poussée.

Partager sur les réseaux sociaux