Les cassettes audio sont sur le point de faire leur grand retour. C'est en tout cas ce que laissent penser les chiffres de ventes de ces bandes magnétiques au cours de l'année 2016.

Vous ne rêvez pas, les cassettes audio, objet phare des années 80-90 a encore beaucoup de succès malgré l’arrivée successive du CD, d’Internet, de la musique dématérialisée et du retour en grâce du vinyle. Il faut croire que beaucoup d’entre nous, très nostalgiques, se plaisent à vivre dans le passé de la musique.

En effet, en 2016, elles se sont écoulées en très grand nombre avec 129 000 exemplaires vendus. Bon, ce n’est rien aux côtés des ventes de vinyles et leur 13,1 millions d’unités vendues, mais nous notons tout de même une augmentation puisqu’en 2015 il ne s’était vendu que 74 000 exemplaires. Et Internet n’y est pas pour rien  : les bandes magnétiques se sont vendues majoritairement en ligne, à 43 % d’entre elles. Les autres ventes se repartissent entre les détaillants indépendants, les magasins de musique ou encore les grandes chaînes.

La cassette audio, c’est rétro

Mais comment expliquer un tel engouement ? Parmi les meilleures ventes, nous retrouvons les rééditions de The Slim Shady d’Eminem et Purple Rain de Prince, qui se sont vendues entre 2 000 et 3 000 exemplaires. La réplique Les Gardiens de la Galaxie : Awesome Mix Vol.1 a elle cartonné avec 4 000 unités vendues.

Nous remarquons également depuis peu que de grosses maisons de production comme Sony, Universal, ou encore Disney, repassent des commandes pour des rééditions, mais aussi des inédits. La fameuse National Audio Company, qui n’a jamais cessé de produire des cassettes, a ainsi enregistré pour Justin Bieber une cassette qui s’est écoulée à 1 000 exemplaires l’année dernière.

Le média Rolling Stone, qui s’est intéressé à ce phénomène explique dans l’une de ses tribunes les raisons du retour en force de la cassette audio. : « La cassette est tangible, colorée et mécanique. Ses mouvements intérieurs ont un petit quelque chose de punk. Elle a quelque chose d’arty et de rétro-cool que n’aura jamais la musique numérique.  »

On lui souhaite le meilleur.

Partager sur les réseaux sociaux