La plateforme de réservation de logements entre particuliers diversifie ses services grâce à cette nouvelle fonctionnalité, qui permet de s'initier à des activités locales moyennant finance.

Des affiches à l’esthétique soignée, accompagnées d’une brève description, que l’utilisateur peut faire défiler : techniquement, l’interface des « Expériences » proposées par Airbnb rappelle fortement Netflix. Mais le nouveau service proposé par la plateforme de réservation d’appartements propose en réalité un tout autre genre de service : des activités thématiques propres aux villes explorées.

Initiation au surf à Los Angeles, cours de poterie à Tokyo…

Concrètement, les hôtes — et les habitants qui ne souhaitent pas louer leur logement — peuvent proposer différentes activités propres à la ville visitée : cours de poterie avec un maître japonais à Tokyo, visite de différentes crémeries à Paris, initiation de trois jours au surf à Los Angeles (pour plus de 300 euros)… Chaque expérience est accompagnée d’une description précise des activités prévues, du nombre de places disponibles et de son prix.

Airbnb
Airbnb

Les 36 activités proposées — pour l’instant — sont réparties par catégorie (sports, nature, solidarité, divertissement, cuisine, arts). Le site propose aussi de découvrir des adresses connues des habitués, comme un barbier réputé ou les meilleurs bars du quartier, dans le même esprit que les fiches de recommandation parfois laissées en mains propres par les hôtes à leurs visiteurs.

Avec cette nouvelle fonctionnalité, lancée sur son appli et sur son site, Airbnb vise clairement à dépasser son simple statut d’alternative à l’hôtel pour permettre à ses utilisateurs de découvrir des expériences locales mémorables. La plateforme diversifie au passage ses sources de revenus grâce à ce service payant, testé en beta depuis le mois de juin dernier.

Ces « Expériences » sont aussi un moyen pour Brian Chesky, patron de Airbnb, de répondre aux critiques, souvent politiques, sur l’impact négatif causé par la plateforme sur le prix des loyers locaux ou les bénéfices des hôtels. L’entreprise peut désormais se targuer d’inciter ses voyageurs à découvrir les richesses des villes visitées, même si cet échange reste cloisonné aux utilisateurs d’Airbnb.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés