Le géant des télécoms AT&T a annoncé samedi un accord de fusion avec Time Warner, pour un montant total de transaction évalué à 108 milliards de dollars. L'opération reste dépendante du feu vert des autorités anti-concentrations.

Le groupe de télécoms américain AT&T a annoncé samedi la signature d’un accord de rachat du groupe de médias Time Warner, pour une valeur de transaction totale estimée à 108,7 milliards de dollars, comprenant pour partie un rachat de sa dette. Time Warner est valorisé avec ce rachat 85,4 milliards de dollars. L’opération devra toutefois recevoir le feu vert des autorités américaines, qui n’est pas attendu avant 2017.

Cette transaction, qui fait passer le rachat de Yahoo par Verizon pour une petite acquisition secondaire (tout de même près de 5 milliards de dollars), permettra à l’opérateur télécoms américain de devenir un acteur majeur des contenus aux USA et à l’international.

Time Warner
CC Insider Monkey

Le groupe Time Warner possède les studios Warner Bros, mais aussi la grande chaîne américaine payante HBO (et ses services de streaming HBO Now et HBO Go), Cinemax, la chaîne de divertissement TBS, CNN, ou encore des médias spécialisés comme le site people TMZ, les sites sportifs NBA.com, PGA.com ou NCAA.com, et la chaîne pour enfants Cartoon Network. Il est aussi actionnaire du site Hulu, concurrent de Netflix, à hauteur de 10 %.

 

Une fusion à risque

Comme le rappelle très bien Le Monde, la stratégie de diversification de AT&T vers les médias était devenue inévitable après le refus essuyé en 2011 de la part de la Federal Communications Commission (FCC), qui s’était opposée au rachat par AT&T de son concurrent T-Mobile. Le groupe a déjà investi près de 50 milliards de dollars en 2015 pour s’offrir l’opérateur satellite DirecTV. Pour assurer sa croissance externe en conservant des synergies avec ses activités, AT&T n’avait guère d’autres choix que d’aller chercher du côté des contenus.

Si la fusion est confirmée, celle-ci ne devrait pas être finalisée avant la fin de l’année 2017. Dans le cas où les autorités bloquaient la fusion pour éviter la constitution d’un groupe trop important qui contrôle à la fois les contenus et l’accès à ces contenus, d’autres acteurs pourraient se positionner. Cet été, une rumeur avait prêté à Apple l’intention de racheter Time Warner.

Mais pour obtenir le feu vert des autorités, AT&T sera aussi dépendant des effets de l’élection présidentielle de novembre 2016, qui détermineront la composition de la future administration. Samedi, Donald Trump a déjà dit son opposition au projet de fusion avec Time Warner, tandis qu’Hillary Clinton s’est prononcée pour un renforcement plus général des pouvoirs anti-concentration.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés