Snapchat vient de s'offrir la startup Vurb pour 110 millions de dollars. Sorte de Google Now très pointue et particulièrement pratique dans la vie de tous les jours, elle permet à l'utilisateur de trouver des points d’intérêts à proximité.

Face à Yelp, Foursquare ou encore Allociné, Vurb propose pour son application mobile une approche différente de la recherche. Au lieu de fournir des résultats de type Google avec des faits et des informations, Vurb hiérarchise son contenu par destinations, contenus et tâches.

Par exemple, chercher un film dans l’application vous conduira à une sorte de snippet présentant sa note sur Rotten Tomatoes mais surtout l’heure à laquelle il est programmé dans un cinéma proche de vous ou, le cas échéant, où le louer en vidéo à la demande.

phone-introUne sorte d’intelligence de situations dans la recherche qui fait penser à Google Now, tout en étant plus exigeant dans sa hiérarchisation de l’information, que l’application traite comme des choses à faire.

Vurb est également un moteur de recherche communautaire, dans le sens où les recommandations ont une place centrale dans son flux. Une manière de toujours découvrir quelque chose à faire ou à voir autour de soi. C’est pour toutes ces qualités que la startup a remporté un TechCrunch Disrupt à New York.

Et c’est cette application que Snapchat a décidé d’acquérir ce week-end pour 110 millions de dollars. Un rachat qui suit celui de Bitstrips, dont les émojis personnalisés ont ensuite été intégrés au réseau social.

Une intelligence de situations

Au-delà de l’arrivée chez Snapchat  des talents qui ont donné naissance à Vurb, ce rachat laisse entrevoir une possible évolution du réseau social. Car aujourd’hui l’application des photos éphémères est encore loin d’être invincible, même si elle est devenue pour l’heure un incontournable chez les jeunes, avec un nombre d’utilisateurs quotidiens bien supérieur à celui de Twitter, et engrange des revenus considérables avec sa publicité native.

Il a suffi en effet qu’Instagram ajoute une fonctionnalité particulièrement proche de celle de Snapchat dans son application mobile pour illustrer la relative fragilité du service fondé par Evan Spiegel.

Les snippets Vurb
Les snippets Vurb

Néanmoins, les possibilités de développement de l’application sont encore fortes, du fait d’une base d’utilisateurs importante et jeune. En outre, la croissance constante des revenus publicitaires tirés de ses opérations marketing donne à Snapchat assez de cartes en main pour ne pas se laisser déborder par des services cherchant à l’imiter.

Mais sa principale faiblesse reste la complexité de son interface qui freine les possibilité de découverte sur le service. Par exemple, chaque utilisateur doit être ajouté avec un code ou son nom. C’est très loin des capacités d’exploration que peut offrir Instagram, pour ne citer que lui. Celui-ci permet à ses utilisateurs de découvrir des contenus et des profils qu’ils ne suivent pas encore à travers un onglet dédié (une fonctionnalité également développée sur Twitter et Facebook).

Le résultat de cette difficulté s’illustre par exemple par la multiplication des QR Codes Snapchat que l’on trouve désormais sur les publicités, mais également affichés sur les autres réseaux sociaux par les marques soucieuses d’étendre leur influence sur le réseau.

Avec Vurb, Snapchat a peut-être trouvé l’allié qui lui manquait pour parvenir à dépasser son problème d’exploration et ainsi encore étendre la portée de ses publicités natives et géolocalisées. La recette miracle pour défier Instagram ? L’avenir nous le dira. L’intégration rapide de Bitstrips dans l’application prouve que le réseau n’est pas du genre à laisser ses rachats en jachère.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés