Le service de paiement en ligne PayPal cessera ses activités en Turquie à compter du 6 juin. Sa licence d'établissement bancaire n'a pas été renouvelée, faute pour la société d'avoir respecté une nouvelle réglementation.

PayPal en Turquie, c’est (presque) terminé. Après le 6 juin, le service de paiement en ligne ne sera plus en mesure de poursuivre ses activités dans le pays. En prévision de la cessation de ses opérations, l’entreprise américaine a publié un message sur son site pour prévenir sa clientèle turque : dans quelques jours, elle ne pourra ni recevoir ni envoyer de l’argent via son système.

La plateforme explique que l’agence bancaire responsable de la réglementation et du contrôle en Turquie a refusé de renouveler sa licence d’entreprise. Aussi la société a-t-elle décidé de conseiller le transfert des fonds sur un compte en banque en Turquie. Une foire aux questions, rédigée en turc, est également disponible sur le site officiel afin d’aider les internautes à savoir quoi faire.

paypal-675.png

Sollicité par TechCrunch, un porte-parole de la firme précise que les raisons qui ont conduit le régulateur bancaire a refusé le renouvellement de la licence prennent en fait leurs sources dans une nouvelle législation qui exige que les infrastructures ayant à traiter des données de Turcs soient localisées dans le pays. Une demande que le groupe n’a pas pu satisfaire pour des raisons opérationnelles.

« La suspension de nos services est le résultat des nouvelles réglementations nationales supervisées par le BDDK qui exigent de PayPal de localiser complètement ses systèmes en Turquie », détaille le représentant de la société, qui dit « respecter » la volonté de la Turquie d’avoir une infrastructure déployée au sein de ses frontières. Mais ce n’est pas pour autant qu’elle peut être suivie.

Une législation réclamant la localisation des infrastructures IT dans le pays est à l’origine de l’arrêt des activités de PayPal en Turquie.

« PayPal utilise une plateforme de paiement mondiale qui opère à travers plus de 200 marchés, au lieu de passer par des plateformes locales avec une infrastructure dédiée dans chaque pays  » poursuit le groupe américain. Les victimes collatérales, elles, vont se compter en dizaines et même en centaines de milliers, qu’il s’agisse d’entreprises ou de simples particuliers.

En attendant, les tractations en coulisses se poursuivent pour essayer d’éviter la fin de PayPal en Turquie. En conclusion de son message, la plateforme américaine indique qu’elle poursuit ses discussions avec les autorités compétentes pour obtenir les autorisations adéquates qui lui permettront de continuer ses activités.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés