Sigfox a annoncé que son réseau bas débit dédié aux objets connectés va être déployé dans cent villes des États-Unis d'ici la fin de l'année. Une décision ambitieuse pour une startup française.

En route pour le rêve américain. La startup française Sigfox part à la conquête de 100 villes des États-Unis dans lesquelles elle compte développer son activité avant la fin de l’année. Pour rappel, l’entreprise veut créer un réseau sans fil à bas débit dédié aux objets connectés. Tout y passe, du détecteur de fumée, aux robots d’usine en passant par les réfrigérateurs, les panneaux d’affichage interactifs et les feux de signalisation.

Sigfox annonce que cette action s’appuie sur des partenariats avec des « propriétaires de sites stratégiques » que l’entreprise n’a pas nommé. La startup précise néanmoins que cela comprend plus de 230 000 tours, toits et panneaux d’affichage à travers le pays.

Une démarche ambitieuse

La démarche est ambitieuse. En effet, Sigfox vient se frotter aux acteurs locaux déjà présent sur ce marché tels que les opérateurs historiques AT&T et Verizon. Néanmoins, contrairement à ses concurrents, sa technologie ne se base pas sur les réseaux cellulaires traditionnels. Autrement dit, elle n’a pas besoin d’utiliser le haut débit et la bande passante de ces réseaux conçus pour des smartphones.

Sigfox mise plutôt sur différentes fréquences radio fonctionnant à faible puissance capables d’envoyer de courtes rafales de données sur de longues distances. Cette technique est idéale pour envoyer des commandes, par exemple, aux détecteurs de mouvement dans les systèmes de sécurité pour les maisons.

Des milliards de dispositifs

Et c’est tout indiqué pour un marché de l’Internet des objets (IoT) qui devient de plus en plus important. Allen Proithis, président de Sigfox en Amérique du nord a expliqué que « les États-Unis sont un grand marché en croissance dans le secteur de l’IoT, particulièrement dans les smart cities, les services publics ou encore les secteurs de la livraison et de l’agriculture qui nécessitent une communication à grande échelle et rentable ». Il ajoute également que le partenariat avec des acteurs locaux permettra à Sigfox de se déployer rapidement via « des milliards de dispositifs supplémentaires dédiés à l’Internet des objets ».

Vendre, vendre, vendre

Sigfox est présent dans 18 pays à travers le monde et affirme que quelque 7 millions d’appareils sont déjà inclus dans son réseau. L’enteprise n’en est pas à son coup d’essai aux USA. En octobre 2015, San Francisco était la première ville américaine à être connectée à son réseau. La startup compte bien se faire un nom et souhaite donc disposer de moyens à la hauteur de ses ambitions. Début 2016, elle annonçait ainsi vouloir lever un demi-milliard d’euros.

En 2015, les ventes de l’entreprise n’ont totalisé que 5 millions d’euros. Cette dernière sera également confrontée au déploiement de la technologie 5G qui va permettre à ses concurrents de se renforcer sur le marché des objets connectés. Il est donc difficile de savoir si la stratégie de Sigfox sera couronnée d’un mirobolant succès, mais la startup prouve encore une fois qu’il faut la suivre de près.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés