L'équipementier chinois ZTE risque une sanction sévère de la part du département du commerce américain pour ses activités en Iran. L'entreprise est sous le coup d'une enquête pour avoir importé dans le pays du matériel américain sans les autorisations nécessaires.

ZTE risque de payer cher le fait d’avoir entretenu des relations commerciales avec l’Iran sans tenir compte de la provenance géographique de certains composants figurant dans ses produits. En effet, d’après Reuters, les États-Unis seraient prêts à imposer dès mardi des sanctions à l’équipementier chinois, de façon à l’empêcher de faire appel librement à des entreprises américaines.

zte-iconic-phablet.jpg
ZTE.

L’administration Obama reproche en particulier à ZTE d’avoir enfreint des mesures visant à contrôler les exportations américaines vers l’Iran. C’est un sujet ancien : Washington et ZTE sont en contact depuis 2012, dans le cadre d’une enquête menée par le département du commerce, elle-même provoquée par la publication dans la presse de documents compromettants pour l’industriel chinois.

Réagissant aux derniers développements, ZTE a déclaré dans un communiqué être « très préoccupé » par l’éventualité d’une sanction. Mettant en avant sa coopération avec les autorités, dans l’espoir de ne pas subir une peine trop sévère, le groupe dit être « déterminé à apporter des réponses et des solutions à toute interrogation ». Il a aussi la possibilité de faire appel si jamais la décision ne lui convient pas.

Une enquête qui remonte à 2012.

Il faut dire qu’une sanction de ce type risque fort de l’handicaper. En effet, certaines firmes américaines comme Intel ou Qualcomm paraissent relativement incontournables dans les secteurs dans lesquels ZTE évolue. Concrètement, il faudra qu’une demande d’autorisation préalable soit déposée pour obtenir le droit d’acheminer du matériel venant des USA. Sauf qu’il n’est pas sûr qu’un tel feu vert soit accordé.

Si les relations diplomatiques entre l’Iran et les USA connaissent un réchauffement notable depuis 2013, grâce d’une part à l’élection de Hassan Rohani — un modéré — à la présidence de la république et d’autre part à la signature d’un accord sur la gestion du programme nucléaire, de fortes restrictions commerciales s’appliquent encore, et depuis longtemps,  à l’Iran. Restrictions que ne pouvait ignorer ZTE.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés