Une des navettes autonomes de Toyota déployée sur le village olympique et paralympique a percuté un judoka malvoyant, le privant de son 16e de finale (mais ses jours ne sont pas en danger).

Le judoka japonais Aramitsu Kitazono, malvoyant, n’a pas pu participer à son 16e de finale des -81 kg aux jeux paralympiques, qui devait se dérouler le 28 août. Il a dû déclarer forfait à cause de coupures et d’hématomes causés par un accident deux jours plus tôt, a rapporté le Guardian.

Un véhicule autonome, le « e-Palette » de Toyota, l’a percuté alors qu’il traversait un passage piéton sur le village olympique et paralympique. Plusieurs exemplaires de ces minibus sans conducteur circulent sur le campus depuis le début de l’été pour faciliter les déplacements des athlètes. Cette démonstration devait servir de première vitrine au dispositif de navettes e-Palette, présenté en décembre 2020, et faisait partie du contrat de sponsoring des jeux par Toyota. Dans un communiqué publié le 27 août, l’entreprise s’est excusée et a annoncé l’ouverture d’une enquête approfondie sur les causes de l’accident.

Aux Jeux Paralympiques de Rio en 2016, Aramitsu Kitazono combattait dans la catégorie des – de 73 kg. // Source : Paralympic Games

Mais ce n’est pas tout : le président de l’entreprise Akio Toyoda a également pris la parole pour remettre en cause la conduite autonome : « cela montre que les véhicules autonomes ne peuvent pas encore être déployés sur des routes normales de façon réaliste ». Le constructeur japonais a temporairement suspendu le service, et a reconnu un « excès de confiance » dans la capacité de conduite autonome de son véhicule.

Une défaillance aussi humaine

D’après le journal localThe Asahi Shimbun, l’accident qui a privé Kitazono de compétition n’est pas que l’erreur de la machine. Pour accompagner l’expérimentation du e-Palette, deux opérateurs du dispositif se trouvaient à bord du véhicule, aux côtés de cinq passagers. Ils ont déclaré à la police qu’ils « étaient conscients qu’une personne était là, mais qu’ils pensaient qu’elle s’arrêterait en voyant qu’un bus arrivait  ». Problèmes : le judoka malvoyant ne pouvait pas voir le véhicule, et de plus, la navette étant électrique, elle pouvait difficilement être entendue.

Un véhicule véritablement autonome aurait détecté le passage piéton, et donné la priorité à l’athlète en s’arrêtant. Mais puisque l’e-Palette n’était pas capable de reconnaître ni la situation ni l’obstacle qui se présentait devant lui, c’était aux opérateurs de déclencher un freinage d’urgence, ce qu’ils n’ont pas fait.

Par ailleurs, un agent de sécurité en charge du trafic se trouvait également à proximité lors de l’accident, mais il n’est pas intervenu à temps. Heureusement ce raté n’a pas mené au drame : certes, Kitazono a mettre dû fin prématurément à ses troisièmes Jeux, mais il s’en sort avec seulement 2 semaines d’arrêt, tandis qu’aucun des passagers du e-Palette n’a été blessé.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo