BMW pourrait lancer une déclinaison 100 % électrique de la M5, sa berline de luxe axée sur la performance. La puissance dépasserait les 1 000 chevaux.

BMW va-t-il avoir sa Model S version Plaid ? C’est ce que suggère une indiscrétion signée Car Magazine, partagée le 29 mai. En 2024, ce qui peut paraître tard, le constructeur allemand pourrait lancer une version 100 % électrique de la M5, sa berline de luxe axée sur la performance.

Cette M5 disposerait d’une puissance vertigineuse, supérieure à 1 000 chevaux. Elle serait assurée par la présence de trois moteurs de 250 kW chacun, deux installés à l’arrière et un autre prenant place sur l’essieu avant. Cette architecture à trois moteurs est justement celle du groupe propulseur Plaid, que Tesla compte introduire dans sa Model S — et son Model X — cette année.

BMW M5 // Source : BMW

M5 électrique ou la berline performante en retard ?

Aujourd’hui, la BMW M5 thermique s’arrête à 625 chevaux (460 kW) dans sa version la mieux lotie (Competition). En passant à une motorisation électrique, le modèle ferait un sacré bond en avant du côté des prestations sur route. Toutefois, il n’est pas interdit de penser que l’horizon 2024 paraît un peu trop lointain quand on regarde de quoi est déjà capable une Tesla Model S Performance. D’autant qu’elle est vendue 100 990 euros, quand une M5 démarre à 129 599,99 euros.

Pour alimenter le bolide visant le 0 à 100 km/h en 2,9 secondes, BMW s’en remettrait à des batteries de type Gen V. Ce n’est pas la technologie retenue par Tesla pour ses véhicules. On parle quand même d’une capacité de 135 kWh, susceptible d’offrir une autonomie de 700 kilomètres (cycle WLTP) et d’encaisser une charge rapide à 350 kW (architecture 400v). À terme, BMW pourrait introduire le standard 800v, à l’instar de la Porsche Taycan.

Comparaison Tesla Model S versus BMW M5 électrique :

Model SModel S PerformanceBMW M5
PuissanceNCNC750 kW
Accélération (0-100)3,8 s2,5 s2,9 s
Autonomie (WLTP)610 km593 km700 km

BMW sait en tout cas qu’il est retard sur le développement des voitures électriques. Un membre de la Division M aurait confié : « BMW arrive tardivement sur la scène électrique, et ce constat peut aussi s’appliquer sur la conduite autonome. À moyen terme, notre seul avantage compétitif est la conduite, le comportement et la tenue de route. »

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo