Les Australiens ont la chance de pouvoir acheter une plaque d'immatriculation avec un emoji.

En Australie, les habitants pourront bientĂŽt rouler avec une plaque d’immatriculation arborant un emoji. Il suffit de se rendre sur le site de plaques personnalisĂ©es PPQ (Personalised Plates Queensland) et de laisser libre court Ă  son imagination. Les ‘emoji plates’ seront disponibles Ă  partir du 1er mars, mais il faudra y mettre le prix : 475 dollars australiens (300 euros).

Pour cĂ©lĂ©brer ce lancement, l’entreprise organise un concours qui permettra au plus crĂ©atif des participants de remporter un iPhone XS Max et des goodies aux couleurs de la marque emoji. La plaque doit contenir trois lettres et deux chiffres, en plus de l’un des cinq emoji proposĂ©s (😂, 😉, 😎, 😍 ou 😃).

Plaque d’immatriculation avec emoji

Un emoji sur sa plaque d’immatriculation

En Australie, dans l’État de Queensland, les plaques d’immatriculation personnalisĂ©es sont autorisĂ©es depuis 1979 et Personalised Plates Queensland, fondĂ© en 1998, se vante aujourd’hui de proposer 250 design diffĂ©rents. « Les plaques peuvent exprimer n’importe quoi, que ce soit un Ă©vĂ©nement ou un trait d’humour, en passant par un surnom », prĂ©cise la sociĂ©tĂ©, qui travaille de concert avec le Department of Transport and Main Roads.

En France, il y a peu de chance de voir apparaĂźtre des emoji sur les plaques d’immatriculation, les autoritĂ©s Ă©tant beaucoup plus sĂ©vĂšres en matiĂšre d’homologation. « Vous n’avez pas le droit de modifier votre plaque ou d’y ajouter un Ă©lĂ©ment, en particulier Ă  la place de l’identifiant territorial », peut-on lire sur le site du service public. Si le format n’est pas respectĂ©, une amende de 750 euros pourra ĂȘtre infligĂ©e. 

Aux États-Unis, le son de cloche est similaire. CitĂ© par Mashable le 21 fĂ©vrier 2019, un porte-parole de la DMV (Department of Motor Vehicles) explique : «  En Californie, il faudrait une nouvelle lĂ©gislation pour voir des emoji sur des plaques homologuĂ©es ». Bref, il va falloir dĂ©mĂ©nager en Australie. 

Partager sur les réseaux sociaux