Bruxelles comme le Parlement européen sont sur la même longueur d’onde : il ne faut pas réintroduire un quelconque surcoût pour les frais d’itinérance en Europe. Un nouveau règlement est en préparation, afin de prolonger de dix ans la règle qui veut que les appels ne doivent pas coûter plus cher d’un pays à l’autre de l’UE.

C’est un débat qui n’est pas encore achevé, mais qui est de toute évidence en bonne voie. À la mi-octobre, la commission ITRE (industrie, de la recherche et de l’énergie) du Parlement européen a très largement approuvé (67 pour, 0 contre, 7 abstentions) l’idée de prolonger à long terme la règle qui veut que les communications téléphoniques d’un pays à l’autre de l’Union européenne ne subissent aucun surcoût.

Dix ans de plus sans surcoût d’itinérance

Concrètement, les eurodéputés réunis dans cette commission sont d’accord pour étendre de dix ans supplémentaires la fin des surcoûts concernant les frais d’itinérance au sein de l’Union pour les appels téléphoniques ou les envois de SMS et MMS. Ce cadre consiste en somme à faire en sorte que l’usage de son forfait mobile ailleurs dans l’UE se déroule dans les mêmes conditions que son pays d’origine.

« Les consommateurs pourraient continuer à utiliser leur téléphone portable sans coût additionnel par rapport à leur tarif national lorsqu’ils voyagent à l’étranger dans l’UE », développe le communiqué de la commission. Bien sûr, cette utilisation doit se faire autant que possible dans les mêmes conditions que le pays d’origine, sans restriction de débit — pas question, par exemple, de le faire basculer en 3G.

Extrait de la série Crazy Ex Girlfriend. // Source : CBS Television Distribution

Extrait de la série Crazy Ex Girlfriend.

Source : CBS Television Distribution

L’effacement de ces frais d’itinérance, qui permettent des dépenses moindres (voire aucune selon les spécificités de son abonnement téléphonique) si les communications vont par exemple de l’Allemagne vers la France, est une réalité en Europe depuis le 15 juin 2017. En principe, ce règlement doit prendre fin le 30 juin 2022. Mais il n’est pas question de revenir sur cet acquis. D’où l’idée de l’étendre.

Les chances que cette extension se concrétise sont hautes, car outre les membres du Parlement européen, il s’avère que la Commission est sur la même longueur d’onde. Le bras exécutif de l’Union propose aussi de rajouter dix ans de plus, tout en fixant par ailleurs de nouvelles règles aux opérateurs. Les parlementaires sont aussi favorables à exiger plus des entreprises de télécommunications.

Il faudra toutefois encore franchir plusieurs étapes procédurales avant d’étendre de 10 ans ces règles et de se mettre d’accord sur les nouvelles exigences à attendre des opérateurs. Il y a encore un peu de temps, car le cadre actuel n’expire que mi-2022.  Il faut entre autres aboutir à un accord avec le Conseil, qui représente les États membres. Un blocage parait hautement incertain, tant la mesure serait impopulaire.

Source : Numerama

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez les suivants : ne les manquez pas en vous abonnant à Numerama sur Google News.