Google travaille sur la livraison par drone depuis 2014. Le service, déployé dans quelques pays, profite aussi du confinement. Dans une ville australienne, ce mode de transport est devenu relativement courant.

La capitale mondiale de la livraison par drone. C’est ainsi que Google présente Logan, une ville de plus de 300 000 personnes située au sud de Brisbane, sur la côte est du pays, face à l’océan Pacifique. La capitale mondiale de la livraison par drone car, détaille la firme de Mountain View dans un billet de blog daté du 25 août, ce mode de transport est devenu très courant.

Données à l’appui, Google souligne ainsi que sur les 100 000 livraisons menées par Wing — le nom de son service — au niveau mondial, la moitié s’adressait à des résidents de Logan. « Les habitants de Logan ont commandé et reçu plus de 50 000 livraisons directement à leur domicile par des drones de livraison Wing », assure le groupe américain.

Ces livraisons ont été très soutenues, notamment lors de la première semaine d’août, fait remarquer l’entreprise, avec près de 4 500 livraisons par drone. « Un habitant de Logan a reçu en moyenne une livraison par drone près d’une fois toutes les 30 secondes pendant nos heures de service », se félicite Wing. Cela étant, le contexte joue pour beaucoup : l’Australie est confrontée à des mesures de confinement.

Il reste à voir si Wing connaîtrait un succès semblable dans des circonstances normales. Il faut en effet noter que si Wing est présent depuis deux ans à Logan à titre expérimental (le projet existe quant à lui depuis 2014), c’est surtout en 2021 que le gros des acheminements a eu lieu. En effet, les 50 000 livraisons mises en avant par Google valent pour ces huit derniers mois, entre janvier et août.

Wing ne détaille pas la totalité des commandes passées via son service, mais la dimension alimentaire est l’aspect sur lequel il s’attarde exclusivement. Sont en effet mentionnés les transports de 10 000 cafés, 2 700 plateaux de sushi, 1 200 poulets rôtis, 1 000 brioches et 1 700 en-cas pour les enfants. Une manière sans doute de faire comprendre que le service est suffisamment réactif pour livrer des produits frais ou chauds.

Un service pour les villes de taille moyenne

Cette cascade de chiffres vise évidemment à démontrer que la livraison par drone marche et, plus particulièrement, que l’approche de Google est la bonne. Mais ce qui fonctionne ici peut-il réussir partout ailleurs, nonobstant la question de la réglementation (pour opérer de tels drones, il faut que la loi l’autorise) ? Pour les villes de moins de 500 000 habitants, Google en est convaincu.

« Plus de 2 milliards de personnes dans le monde vivent dans des villes de moins de 500 000 habitants. Le succès de Logan implique un avenir pas si lointain dans lequel des services de livraison par drone à haut volume pourraient être reproduits dans des villes similaires, voire des zones métropolitaines plus importantes, dans le monde entier », écrit la compagnie américaine.

Une démonstration de livraison. // Source : Wing

Trois exemples sont donnés de villes comparables à Logan : la Nouvelle-Orléans, aux États-Unis, Manchester, en Angleterre, et Florence, en Italie. En France, des communes comme Toulouse, Nice, Nantes, Montpellier, Strasbourg, Bordeaux et Lille semblent s’approcher des critères de Wing. Outre Logan, Wing est aujourd’hui actif à Helsinki, en Finlande, à Canberra, en Australie, et à Christiansburg, aux USA.

Techniquement, les drones de Wing peuvent atteindre tous les clients situés dans un rayon d’environ 10 kilomètres depuis leur point de départ et assurer une livraison en l’espace de six minutes après le déploiement de l’appareil. Sa capacité de transport reste limitée à des biens relativement légers : les colis ne doivent pas excéder 1,2 kg. Dans le cas contraire, il faudra passer par un transport terrestre.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo