Un incident a empêché de joindre correctement certains sites web. Plusieurs gros sites français et étrangers sont indisponibles ce 22 juillet. Le souci est en phase de résolution

Si vous avez fait face à de grosses difficultés pour accéder à certains sites web, ce jeudi 22 juillet, il était inutile de vous précipiter sur votre box pour l’éteindre et la rallumer : le souci ne venait pas de votre matériel, ni même du réseau de votre fournisseur d’accès à Internet. En effet, un incident s’est déclenché chez l’un des plus gros prestataires de services web, comme le CDN (Content Delivery Network), ce qui affectait de nombreux sites qui comptent sur lui.

Des sites de premier plan touchés

Sur le site Down Detector, qui sert à signaler d’éventuelles perturbations d’accès à des sites ou des services, on pouvait constater une hausse très nette du nombre de notifications envoyées par les internautes pour plusieurs grosses plateformes depuis ces dernières heures. Sur les réseaux sociaux également, les signalements se multipliaient pour relever l’indisponibilité de tel ou tel site.

Parmi les principaux sites et services qui étaient touchés, on pouvait signaler Canal+, la Fnac, BNP Paribas, MyCanal, Airbnb, les jeux vidéo Call of Duty, Warframe, Apex, ainsi que les plateformes d’EA, Steam et le PlayStation Network. Du côté de la presse, Le Figaro, Le Parisien, Libération, France Info étaient concernés. Air France également était signalé lui aussi.

Le 22 juillet, de nombreux sites étaient en panne à 18h. // Source : Capture d’écran Down Detector

Un souci chez Akamai signalé

Il s’avère que c’est chez Akamai que résidait le problème. Akamai est une entreprise américaine qui fournit des services de cloud computing, dont du CDN. Un CDN est un service qui aide à diffuser du contenu sur le net. Il ne l’héberge pas à proprement parler — ce n’est pas un hébergeur web –, mais il met en cache du contenu, de manière à améliorer les performances des sites, en utilisant des serveurs au plus près des internautes.

Sur la page du tableau de bord indiquant l’état de santé de ses services, Akamai a publié une note à 18h09 (heure de Paris), le 22 juillet, pour expliquer être « conscients d’un problème émergent avec le service Edge DNS », qui est un service proposé par Akamai. Le produit est présenté comme « un DNS fiable hautement disponible » et assurer « une disponibilité DNS permanente et des performances élevées ».

Le système de noms de domaine (DNS ou Domain Name System) convertit les noms de domaine lisibles par l’utilisateur en adresses IP.  Ce système de correspondance est très utile : il est plus facile de manipuler une suite de caractères comme numerama.com que l’adresse IP du serveur du site. Grâce à ce mécanisme, les adresses web sont bien plus compréhensibles et utilisables pour le tout venant.

L’incident n’a pas duré bien longtemps. Dans une mise à jour publiée une heure après, le tableau de bord a été actualisé et des dispositions ont été prises pour rétablir la situation.

Le tableau de bord d’Akamai, le 22 juillet au soir.

Akamai est une plateforme très importante sur l’Internet français. Selon le rapport de 2021 du régulateur des télécoms, l’entreprise est, avec Netflix, Google et Facebook, l’un des quatre grands fournisseurs dans l’Hexagone. À eux quatre, ils poussent 50 % du trafic vers les internautes des grands fournisseurs d’accès à Internet français. Akamai est classé en troisième position, devant Facebook.

Coïncidence, il y a quelques semaines, c’est un autre fournisseur de CDN qui a connu des déboires semblables. Début juin, l’entreprise Fastly (sur lequel s’appuient des sites comme Twitch, CNN ? le Guardian, PayPal, Le Monde, le Financial Times) a également connu une panne temporaire. L’incident n’avait pas duré très longtemps.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo