Le réseau social a annoncé interdire toutes les publicités pour la perte de poids et les produits amincissants sur son site. Pinterest avait d'ores et déjà une politique stricte contre le body shaming dans les publicités.

Pinterest va « interdire toutes les annonces contenant du texte ou des images liés à la perte de poids », a annoncé l’entreprise dans un post de blog. La décision intervient alors que les «  mauvaises habitudes et troubles alimentaires ont atteint un pic chez les jeunes » pendant la pandémie de Covid-19 et les différents confinements, selon des associations américaines spécialisées dans les troubles du comportement alimentaire.

Souvent oublié entre Facebook et les réseaux sociaux plus modernes, Pinterest compte pourtant plus de 450 millions d’utilisateurs mensuels, et reste l’un des grands acteurs d’internet. Une nouvelle telle que celle-là est donc particulièrement importante pour les annonceurs — et pour les autres réseaux sociaux.

Pinterest // Source : Fahim R./ Unsplash

Qu’est-ce qui va changer ?

Depuis le 1er juillet 2021, les publicités vantant les produits amincissants sont interdites sont la plateforme. «  Beaucoup [de jeunes] ressentent une pression supplémentaire à l’idée de retrouver physiquement leurs cercles sociaux pour la première fois depuis 15 mois » et le début de la pandémie de Covid-19, explique Pinterest.

Concrètement, l’interdiction de Pinterest porte sur plusieurs types de publications, de publicités et de produits. Sont donc interdits :

  • les «  textes ou images sur la perte de poids »,
  • les « témoignages concernant la perte de poids ou les produits de régime »,
  • les textes ou images qui « idéalisent ou dénigrent certaines morphologies »,
  • les «  références à l’indice de masse corporelle (IMC) ou à des indices similaires »,
  • et les publications pour « les produits à porter ou à appliquer sur la peau qui affirment permettre une perte de poids ».

Ce n’est pas la première fois que Pinterest prend une décision dans ce sens : la plateforme interdisait déjà les publicités pour :

  • les « comprimés coupe-faim, pour la perte de poids et les compléments alimentaires »,
  • les « images avant/après une perte de poids »,
  • les « interventions pour perdre du poids, comme la liposuccion, ou la combustion des graisses »,
  • le « body shaming, sous la forme d’images ou de propos qui se moquent ou discréditent certains types de corps ou d’apparences physiques »,
  • et les « déclarations concernant des résultats cosmétiques irréalistes ».

Pinterest précise cependant que «  les publicités qui font la promotion d’habitudes et de modes de vie sains ou de services et produits de fitness resteront autorisées, tant qu’elles ne sont pas axées sur la perte de poids ».

Pinterest // Source : Charles Deluvio / Unsplash

Une limite floue

La limite sera certainement parfois délicate à tracer, notamment dans le cas des textes ou images « idéalisant certaines morphologies ». Ces nouvelles directives risquent également d’être complexes à mettre en place et à encadrer. Pour l’instant, beaucoup de questions restent donc en suspens, et les effets de la décision de Pinterest de supprimer ces publicités ne se feront peut-être pas voir immédiatement.

L’interdiction des publications faisant la promotion de produits amincissant est néanmoins une décision bienvenue, d’autant que les autres plateformes n’ont pas adopté de telles pratiques — du moins pour le moment. Instagram, l’un des réseaux sociaux le plus utilisé par les jeunes, conseillait encore il y a peu à ses utilisateurs et utilisatrices de faire des recherches sur les produits amincissants.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo