Depuis le 1er juin, il n'est plus possible de stocker de façon illimitée et gratuitement ses photographies sur Google Photos. Le service prend désormais en compte le poids des nouveaux fichiers ajoutés dans le calcul de l'espace occupé.

Le moment fatidique est arrivé. C’est aujourd’hui, mardi 1er juin, que le stockage illimité et gratuit sur Google Photos prend fin pour les comptes standards. À partir de cette date, les nouvelles photographies que vous ajoutez dans votre hébergement de 15 Go (et qui est, rappelons-le, partagé avec Gmail et Google Drive) sont prises en compte dans le calcul de taux d’occupation de l’espace de stockage.

Jusqu’à présent, Google ne prenait pas en compte le poids des photos en « haute qualité » (une appellation qui va d’ailleurs disparaître). En clair, les clichés qui ne dépassaient pas les 16 mégapixels n’étaient pas comptabilisés et bénéficiaient donc d’un passe-droit. Il était possible d’en mettre autant que vous vouliez. Seuls les clichés au-delà (les photos « en qualité d’origine ») étaient pris en compte.

La vidéo aussi est concernée. Les vidéos classées dans la catégorie « haute qualité » (cela concerne notamment celles au format 1080p, c’est-à-dire en haute définition) sont dès à présent incluses dans le calcul du taux d’occupation de l’espace de stockage. Du moins, pour les nouvelles vidéos qui sont ajoutées. Les fichiers « en qualité d’origine », eux, étaient déjà inclus et le sont toujours après le 1er juin.

À partir du 1er juin, les conditions d’utilisation de Google Photos changent. // Source : Capture d’écran Google Photos

Seuls les nouveaux fichiers sont concernés

Il est important d’insister que ce changement de politique ne s’applique qu’aux nouveaux contenus mis en ligne à partir du 1er juin 2021. Les photos sauvegardées en haute qualité avant cette date « ne sont pas concernées par ce changement et ne seront pas décomptées de l’espace de stockage », a précisé Google le 11 novembre dernier, au moment de son annonce, plus de six mois avant la date fatidique.

En modifiant les conditions d’utilisation de son service gratuit de stockage de photos, Google a souligné le problème de soutenabilité de son modèle, en signalant que « chaque semaine, pas moins de 28 milliards de nouvelles photos et vidéos sont importées » sur son service, ce qui n’est pas rien, même pour un géant du cloud comme Google. Et pour que ce service perdure, décision a été prise de serrer un peu la vis.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo