La police de West Midlands pensait trouver une plantation de cannabis, elle a découvert une ferme à bitcoins. Un dispositif légal, sauf qu'il s'alimentait sur le réseau d'électricité domestique de la banlieue de Birmingham.

« De nombreuses personnes visitaient le hangar à différentes heures de la journée, beaucoup de fils et de ventilation étaient visibles à l’extérieur, et un drone de police a identifié une source de chaleur considérable. » Alors qu’elle pensait saisir une plantation de cannabis en intérieur, la police de West Midlands, en Angleterre, a découvert une ferme à bitcoin artisanale. Située dans un hangar, elle se constituait d’une centaine de machines disposées sur des étagères, branchées par de nombreux câbles et reliées à un système de ventilation imposant. Le rôle de ces ordinateurs ? Miner du bitcoin, la plus populaire des crypto-monnaies.

En résumé, cette activité consiste à mettre des ressources de calculs informatiques au service d’une blockchain (celle du bitcoin, ou d’une autre crypto-monnaie). Ces calculs vont servir à vérifier la validité de plusieurs transactions opérées sur la blockchain, et donc à la sécuriser. Une fois qu’un certain nombre d’opérations ont été validées, le réseau constitue un bloc, et les machines qui ont participé à sa création sont récompensées avec une petite somme de cryptomonnaies.

 

Autrement dit, plus vous allouerez de ressources informatiques — et donc d’ordinateurs — à cette tâche, plus vous gagnerez de bitcoins. Mais attention, le minage n’entraîne pas forcément un bénéfice, car il a plusieurs coûts importants : celui des GPU, les processeurs chargés de faire les calculs, très sollicités et donc rapidement usés par le minage, ainsi que celui de la consommation d’électricité, très vorace. Résultat, le minage depuis son ordinateur personnel n’est pas rentable, et c’est pourquoi certains créent des fermes, comme celle découverte par la police de West Midlands. Ils peuvent ainsi y mettre des conditions optimales et accumuler les machines de calculs.

Consommation d’électricité illégale

Dans l’affaire, la police a saisi le matériel découvert, mais elle n’a pas fait d’arrestation — personne n’étant sur les lieux au moment de l’intervention. Elle prévoit seulement d’interroger le propriétaire des lieux.

On pourrait s’interroger sur le saisie, car miner du bitcoin n’est pas une activité illégale. En revanche, la police a considéré qu’un tel montage était de l’ordre industriel et qu’il n’avait pas le droit de se brancher sur le réseau d’électricité destiné à l’usage domestique. Pour cause, la consommation extrêmement élevée des fermes de cryptomonnaie — pouvant êt

La police a saisi une centaine de ces mini-ordinateurs dédiés au minage de bitcoins. // Source : West-Midlands Police

re proche de celle d’usines — risquerait de produire des pannes dans les foyers. Comme le rappelle CNBC, c’est ce danger qui a poussé l’Iran a bannir tout minage de cryptomonnaie. Il serait devenu tellement intensif qu’il aurait provoqué différentes pannes dans les principales villes du pays.

Ce fait divers est symptomatique de la ruée plus forte que jamais vers les cryptomonnaies. Alors que la police locale n’avait jamais vu de ferme du genre, c’est la deuxième qu’elle découvre en peu de temps. Plus généralement, le minage entraîne une pénurie de composants informatiques qui paraît sans fin et affecte les géants sectoriels de plusieurs industries.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo