La Cnil donne un coup de pied dans la fourmilière : interrogée sur l'emploi d'outils collaboratifs américains, l'autorité administrative française estime qu'il faut s'en passer et opter pour des solutions françaises ou européennes.

Les outils Framasoft plutôt que la suite bureautique de Google Docs pour les élèves qui poursuivent leurs études après le Bac ? Si la Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil) ne va pas jusqu’à formuler une telle recommandation, le sens de son message est toutefois limpide : il est préférable de délaisser les outils américains pour l’enseignement supérieur et la recherche.

C’est en effet ce qui transparait dans une prise de parole datée du 27 mai 2021. La Cnil répondait alors aux sollicitations de la Conférence des grandes écoles et la Conférence des présidents d’université sur l’évolution du cadre juridique européen et ses effets que cela peut avoir sur les conditions stockage et de circulation des données qui sont produites, collectées et manipulées via ces outils de travail.

Pourquoi la Cnil formule ce conseil ?

Cet appel de la Cnil ne vient pas de nulle part : il tient compte d’une réalité juridique avec l’invalidation du Privacy Shield par la Cour de justice de l’Union européenne, à l’été 2020. Or ce cadre, qui remplaçait le Safe Harbor, un mécanisme similaire qui a aussi été détruit, servait à encadrer le transfert des données des internautes en Europe vers les États-Unis, là où figurent de nombreux services en ligne.

La Cour a considéré qu’il n’existe en fait aucune garantie juridique pour des personnes non américaines pouvant être visées par les programmes de surveillance américains. Or, le Privacy Shield était censé être conforme aux standards européens. En clair, il y a un conflit manifeste entre le droit européen et le droit américain. Dès lors, la légalité de ces transferts est remise en question.

Privacy Shield
Le Privacy Shield s’est fait renvoyer dans les cordes par la Cour de justice de l’Union européenne. // Source : Marco Verch

Considérant ce verdict majeur, véritable séisme juridique au niveau européen, mais aussi les documents qui lui ont été transmis, la Cnil relève que « dans certains cas, des transferts de données personnelles vers les États-Unis dans le cadre de l’utilisation des suites collaboratives pour l’éducation » surviennent, et cela pour beaucoup de monde : étudiants, chercheurs, enseignants, personnels administratifs.

Ce n’est pas tout : des informations encore plus critiques peuvent être en jeu, comme des données de santé (qui sont des données sensibles devant bénéficier d’un plus haut degré de protection ), des données particulières (relatives à des mineurs) et des données pouvant impliquer des enjeux stratégiques, dans les secteurs scientifique et économique (données de recherche).

« Il existe donc un risque d’accès par les autorités américaines aux données stockées »

Et dans le cas où les fournisseurs américains de ces outils prennent des mesures pour ne procéder à aucun transfert, de sorte de stocker et traiter les données en Europe ? Là aussi, il y a un problème : le Cloud Act. Ce texte autorise les juridictions à forcer les entreprises aux États-Unis de fournir les données sur leurs serveurs, dans le cadre d’une procédure, y compris les serveurs situés à l’étranger.

« Indépendamment de l’existence de transferts, les législations américaines s’appliquent aux données stockées par les sociétés états-uniennes en dehors de ce territoire. Il existe donc un risque d’accès par les autorités américaines aux données stockées », relève la Cnil. Dès lors, l’engagement de Microsoft en la matière doit être tempéré, même si la société a par le passé combattu ce genre de demande.

Pas de solution, sauf la migration ?

Enfin, si la Cnil admet qu’il faudrait déployer des mesures additionnelles pour poursuivre ces transferts même si le Privacy Shield est tombé, il s’avère que ces dispositions capables « d’assurer un niveau de protection adéquat » ne sont à ce jour pas identifiées. De plus, ajoute la Cnil, jouer la carte des dérogations n’est pas une réponse viable : elles doivent rester des dérogations, c’est-à-dire des exceptions.

Pour cette dernière remarque, la Cnil mentionne les observations du Comité européen de la protection des données, dont elle est membre, et qui raisonnait en citant soit le cas d’un fournisseur de services via le cloud soit le cas d’un sous-traitant qui «  dans le cadre de leurs prestations, ont la nécessité d’accéder aux données en clair ou possèdent les clefs de chiffrement. »

Cette situation fait donc dire à la Cnil qu’il « est nécessaire que le risque d’un accès illégal par les autorités américaines à ces données soit écarté ». Mais parce qu’il n’est pas évident de basculer d’un claquement de doigts tout l’écosystème de l’enseignement supérieur et de la recherche, et parce qu’il existe encore une crise sanitaire à cause du coronavirus, la Cnil admet le besoin « d’une période transitoire. »

La Cnil se dit disponible pour «  identifier des alternatives possibles ». Des pistes existent du côté des logiciels libres, à l’image de Framasoft ou LibreOffice. Il reste à déterminer quelles décisions seront prises à la suite de l’appel de la Cnil et, si l’offre est au niveau, car la commodité d’emploi, la disponibilité et l’éventail des fonctionnalités l’emportent parfois sur toute autre considération.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo