À compter du 15 mai, les personnes utilisant WhatsApp sans accepter les nouvelles conditions ne seront pas immédiatement privées des fonctionnalités de l'application mobile. Mais petit à petit, l'expérience sera bridée.

Vous avez dû le remarquer si vous n’avez pas déjà accepté les conditions d’utilisation de WhatsApp : depuis quelques semaines, le service affiche de façon récurrente une fenêtre à l’ouverture de l’application mobile, vous demandant de les approuver. Cette insistance avec laquelle la plateforme sollicite votre feu vert n’est pas surprenante : en effet, ces nouvelles règles doivent entrer en vigueur le 15 mai 2021.

Autant dire que la bascule est imminente. Les mobinautes qui n’ont pas encore accepté ces règles n’ont désormais plus que quelques jours pour les valider. Sinon ? L’expérience d’utilisation de WhatsApp sera dégradée, car certaines fonctionnalités de la messagerie instantanée deviendront inaccessibles. Cela dit, WhatsApp se montrera moins brusque que ce qui était prévu au départ.

C’est ce qui transparait sur la nouvelle version de la page explicative, décrivant ce qui va se passer à compter du 15 mai 2021 pour les personnes qui refusent toujours ses nouvelles conditions d’utilisation. Première chose à savoir, qui était déjà rappelée à plusieurs reprises par la plateforme : il sera évidemment toujours possible d’accepter ces règles même après la date butoir.

Après le 15 mai, certaines fonctionnalités resteront accessibles, d’autres non, si vous n’acceptez pas les nouvelles conditions d’utilisation. Ce bridage surviendra après quelques semaines. Encore plus tard, l’application mobile deviendra quasiment inutilisable. // Source : WhatsApp.

Ensuite, la dégradation de l’expérience sur WhatsApp surviendra plus tard que ce qui était envisagé initialement. L’application mobile continuera de fonctionner normalement même sans accepter les nouvelles conditions d’utilisation, pendant quelques semaines. Ce n’est qu’à partir de ce délai, qui n’est pas précisément renseigné, que certaines fonctions ne seront plus accessibles.

À la fin de cette période, deux évènements surviendront : d’abord, les rappels deviendront récurrents. En clair, WhatsApp vous demandera systématiquement de valider son nouveau contrat juridique. Si vous passez outre, l’utilisation de WhatsApp sera bridée de plus en plus fortement, jusqu’à rendre l’application inutilisable en pratique. Bien sûr, accepter les nouvelles règles aura pour effet de tout rétablir.

À terme, WhatsApp deviendra pratiquement inutilisable

En résumé, le calendrier est le suivant :

  • Entrée en vigueur des nouvelles règles de WhatsApp le 15 mai 2021 ;
  • Après quelques semaines, les rappels deviennent récurrents et un premier bridage est opéré (liste de discussions inaccessible, mais réponse aux appels entrants possible, ainsi qu’aux messages via les notifications — si elles sont activées — et aux appels manqués) ;
  • Ensuite, après quelques semaines de plus, les appels entrants et les notifications ne seront plus transmis. « WhatsApp cessera d’envoyer des messages et des appels sur votre téléphone », prévient la page d’explicative. Autrement dit, l’application deviendra en quelque sorte inerte et inutile.

La « bonne nouvelle », toutefois, c’est qu’il n’est plus question de supprimer le profil WhatsApp en cas de non-acceptation des conditions d’utilisation. Même si WhatsApp l’avait écrit dans la précédente version de sa page explicative, que l’on peut toujours voir en cache, l’existence d’une autre règle (les comptes inactifs pendant 120 jours sont supprimés la plupart du temps) avait fait naitre une légitime inquiétude.

De toute évidence, ce cas de figure ne surviendra ni le 15 mai 2021 ni après, même lorsque l’application sera « briquée ». Le site le répète dans sa fiche explicative à deux reprises. Cela étant, le service sera dans un état léthargique au bout d’un moment, si le mobinaute refuse toujours de se conformer au nouveau cadre juridique de la plateforme. Il aura donc encore son compte, mais il ne pourra en pratique plus rien faire avec.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo