Après les excellents Melomania 1, Cambridge Audio lance les Melomania Touch. Au programme : nouveau design, autonomie prolongée, rendu sonore amélioré, fonctionnalités inédites.

Il y a un peu moins d’un an, Cambridge Audio se lançait sur le segment très prisé des écouteurs sans fil. Le constructeur avait opté à l’époque pour un positionnement agressif, lançant ses Melomania 1 sous la barre des 100 euros. Il ne fallait pas se fier à ce prix bas : ce galop d’essai fut une réussite, s’appuyant sur un rapport qualité/prix indéniable. Les Melomania 1 ont fait du rendu sonore et de l’autonomie des priorités, avec des performances très étonnantes sur les deux critères.

En 2021, Cambridge Audio revient avec les Melomania Touch, une nouvelle référence un peu plus ambitieuse. La firme britannique avance par exemple une autonomie gargantuesque (50 heures en tout). Elle a surtout repensé le design, pour que ces écouteurs soient encore plus confortables. L’essai est-il transformé ? Oui, assurément.

Les écouteurs Melomania Touch // Source : Maxime Claudel pour Numerama

De vrais écouteurs

Le design n’est clairement pas le point fort des Melomania 1, qui ressemblent à de gros bouchons d’oreille. Avec les Melomania Touch, Cambridge Audio a revu sa copie : ils ressemblent vraiment à des écouteurs modernes. Leur silhouette fait légèrement penser à un haricot, une forme imaginée pour s’insérer au mieux dans l’oreille. Les Melomania Touch sont très discrets et tout juste pourra-t-on remarquer l’inscription de la marque aux côtés du logo. Les designers ont opté pour un rendu double : mate sur la partie intérieure (invisible), brillant sur la partie extérieure (visible). C’est fin et plutôt élégant.

Le soin accordé aux détails et aux finitions est poussé jusqu’au boîtier, qui arbore une texture grainée du plus bel effet (en cuir synthétique). Sur la face avant, on remarque la présence de cinq petits témoins lumineux. Ils sont chargés de renseigner sur l’état de la batterie intégrée (de 20 à 100 %). Seul hic ? Ovale, le boîtier est trop épais pour une poche.

Le boîtier des écouteurs Melomania Touch // Source : Maxime Claudel pour Numerama

Une application qui change tout

L’étape de l’appareillage n’a rien de sorcier avec les Melomania Touch. Après avoir pris soin de les recharger, il suffit de les sortir du boîtier et de chercher « Melomania Touch R » ou « Melomania Touch L » dans les paramètres Bluetooth de son smartphone. Durant notre utilisation, on a rencontré quelques soucis de connexion : il arrive parfois qu’une seule des oreillettes se connecte à l’appareil quand on souhaite les utiliser. Les Melomania Touch peuvent être capricieux.

Chacune des oreillettes est pourvue d’une surface tactile autorisant plusieurs commandes :

Oreillette droite Oreillette gauche
Une tape Lecture/Pause/Prendre un appel
Deux tapes Chanson suivante/Lancer l’assistant vocal (si chanson sur pause) Chanson précédente/(Lancer l’assistant vocal (si chanson sur pause)
Trois tapes  Activer/désactiver le mode Transparence
Appui long Augmenter le volume/Rejeter un appel/Passer en mode BT (si chanson sur pause) Baisser le volume/Rejeter un appel/(si chanson sur pause)

Hélas, ces surfaces tactiles sont très sensibles : à peine effleurées, elles déclenchent aussitôt une commande. Par exemple, il n’est pas rare de lancer une chanson juste en sortant les écouteurs de leur boîtier — sachant que les Melomania Touch ne mettent pas la chanson en pause quand ils ne sont plus dans l’oreille.

Les Melomania Touch peuvent être capricieux

Pour une meilleure utilisation des Melomania Touch, il est vivement recommandé de télécharger l’application Melomania. Elle donne accès à plusieurs fonctionnalités pertinentes, comme la possibilité de mettre à jour les écouteurs ou encore l’opportunité de préserver l’autonomie avec un mode d’écoute moins énergivore (40 heures ou 50 heures, en tout). On retrouve aussi un égaliseur pour celles et ceux qui voudraient ajuster la courbe selon leurs préférences. L’application est tellement complète qu’on peut désactiver certaines commandes, sélectionner un codec et, même, rechercher ses écouteurs avec une fonction localiser. Néanmoins, pendant nos essais, on a rencontré plusieurs problèmes de connexion à l’application, notamment au moment des mises à jour. Un petit peu de polissage ne serait pas de refus pour brider ses caprices et améliorer l’expérience utilisateur.

Du choix dans les embouts d’ajustement

Les Melomania Touch sont livrés avec du choix en matière d’embouts d’ajustement. Cambridge souhaite que ses écouteurs intra soient les mieux positionnés possible pour ne rien perdre de vos playlists favorites. Dans la boîte, on retrouve six embouts (2xS, 2xM et 2xL) et trois paires d’ailettes (S, M et L). Les ailettes, qui viennent faire le tour de chaque écouteur, permettent une meilleure insertion dans la conque de l’oreille. Cambridge conseille d’essayer les différentes options mises à disposition afin de trouver la formule qui correspond le mieux à sa morphologie. Il prend soin de préciser qu’il n’est pas anormal d’avoir des écouteurs dépareillés.

Résultat : les Melomania Touch sont très confortables. Leur tenue est suffisante pour ne pas donner l’impression qu’ils vont tomber et, dans le même temps, ils parviennent à se faire oublier. On a essayé de faire du sport avec et le verdict est sans appel : ils sont parfaits pour une petite session de running.

Les différents embouts fournis avec les Melomania Touch // Source : Maxime Claudel pour Numerama

Belles prestations acoustiques

En termes de fidélité sonore, on garde encore en mémoire les belles prestations des Melomania 1. En ce qui concerne les Melomania Touch, on grimpe encore d’un cran. Globalement, le rendu est suffisamment détaillé pour satisfaire la plupart des oreilles. Les basses manquent d’un soupçon d’assise, mais ce qu’ils perdent en percussion et en chaleur, les Touch le gagnent en clarté (même si certaines notes délicates se perdent en route, accouchant d’un sentiment touffu). Cambridge Audio prouve une fois encore combien il maîtrise les produits pensés pour assurer des performances de premier choix. Le constructeur rappelle aussi son positionnement au rapport qualité/prix très cohérent.

Un rapport qualité/prix très cohérent

Les Melomania Touch sont dépourvus de la réduction de bruit active. En revanche, ils disposent d’un mode Transparence qui même réglé à 100 %, peine à convaincre. S’il parvient à amplifier — un peu — les sons à proximité, c’est un peu plus compliqué pour ceux situés un peu plus loin. Il existe des écouteurs beaucoup plus performants sur ce terrain désormais privilégié.

Un écouteur Melomania Touch // Source : Maxime Claudel pour Numerama

Jusqu’à 50 heures d’autonomie

Les Melomania 1 ont fait de l’autonomie leur principal atout. Les Melomania Touch s’inscrivent dans cette tendance en promettant jusqu’à 50 heures d’autonomie au total (9 heures pour chaque charge). Il faut néanmoins veiller à activer le mode son le plus économe pour atteindre cette autonomie inouïe. Sans, on tombe donc à 40 heures, ce qui reste très confortable pour tenir toute une semaine.

En bref

Melomania Touch

Note indicative : 3/5

Après un premier essai exemplaire au regard du prix, Cambridge Audio revient avec les Melomania Touch. Si les écouteurs marquent de gros points sur les principaux critères (autonomie, rendu sonore, confort), ils peinent, hélas, à assurer dans les finitions logicielles. Il en ressort une expérience utilisateur perfectible, quand des soucis de connexion pointent le bout de leur nez.

Les Melomania Touch ne sont pas de mauvais écouteurs, loin de là. Mais Cambridge Audio va devoir corriger quelques bugs de première jeunesse que ne rencontraient pas les Melomania 1. À l’arrivée, les Melomania Touch manquent de peu de reprendre le flambeau de leurs prédécesseurs, au sein de la catégorie des écouteurs au meilleur rapport qualité/prix. Les Melomania 1 avaient peut-être mis la barre un peu trop haut.

Top

  • Design impeccable, confort au top
  • Autonomie immense
  • Rendu sonore plus que correct

Bof

  • Des soucis de connexion
  • Application capricieuse
  • Commandes tactiles perfectibles

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo