Comme le WH-1000XM3 en son temps, le WH-1000XM4 de Sony est la nouvelle référence des casques sans fil à réduction de bruit active.

En 2020, Sony a décidé de renouveler son casque sans fil avec réduction de bruit active. Le bien nommé WH-1000XM3 fait place au WH-1000XM4, avec l’ambition de faire au moins aussi bien — c’est-à-dire être le meilleur sur son segment. Au regard de l’excellence de son prédécesseur, le WH-1000XM4 s’annonce sous les meilleurs auspices, quand bien même, au fond, rien n’a vraiment changé.

Le WH-1000XM4 fait davantage office de petite évolution nécessaire plutôt que de profonde révolution, là où le Bose Headphones 700 — son principal concurrent — mise sur la rupture. Par conséquent, les heureux et satisfaits propriétaires d’un WH-1000XM3 n’auront pas besoin d’en changer. Les autres, en revanche, feraient bien de considérer l’acquisition de ce WH-1000XM4.

Le casque Sony WH-1000XM4 dans sa coque // Source : Maxime Claudel pour Numerama

Presque le même

Chez Sony, on ne change pas une équipe qui gagne. Le WH-1000XM4 ressemble à s’y méprendre à son prédécesseur, comme si le constructeur était parvenu à une forme de perfection. On ne trouvera rien à redire sur les finitions, impeccables. Elles consolident un casque élégant, particulièrement le modèle noir auréolé de quelques touches de cuivre du plus bel effet. Le plastique mat est doux et très agréable au toucher, même s’il a tendance à vite prendre des traces (qui disparaissent rapidement). Le casque peut se replier sur lui-même, malgré un arceau qui manque d’un peu de souplesse. Ce point renforce sa robustesse.

Rien à redire sur les finitions

Pour autant, derrière ces qualités indéniables qui font du WH-1000XM4 un produit taillé pour durer, on ne peut s’empêcher de penser que le look manque d’un peu de caractère. Cette sobriété aura du bon pour certains, quand d’autres chercheront du style là où Sony n’a rien à proposer. On est loin du WH-CH710, bien sûr, mais on aimerait que la firme nippone ose un peu plus, comme Bose a pu le faire en passant du QC 35 au Headphones 700 — rappelons-le, son principal concurrent sur le segment.

Bon point, le WH-1000XM4 est livré dans une coque rembourrée qui facilite le transport et protège très bien le produit. On peut également y ranger le câble avec prise jack et adaptateur pour l’avion. Ne lésinant jamais sur les détails, Sony reprend la couleur cuivre pour le curseur de la fermeture éclair.

La fermeture cuivre de la coque du casque Sony WH-1000XM4 // Source : Maxime Claudel pour Numerama

Une application compagnon bien fournie

Le WH-1000XM4 a besoin d’une application compagnon pour se connecter à votre smartphone, votre tablette ou votre PC. L’appareillage se fait en un éclair, que ce soit via Bluetooth (comme sur notre iPhone) ou NFC — avec technologie Fast Pair pour aller plus vite. Veillez tout de même à suffisamment appuyer sur le bouton d’allumage pour enclencher le mode de connexion (sinon, vous allez simplement éteindre le casque). Gros argument en faveur du WH-1000XM4, il est compatible avec le multipoint, ce qui signifie qu’il peut se connecter à deux appareils en même temps. Un exemple : écouter de la musique sur votre ordinateur ne vous empêchera pas de prendre un appel sur votre smartphone — sans aucune coupure (la lecture reprendra quand l’appel prendra fin).

Configuration du casque casque Sony WH-1000XM4 // Source : Maxime Claudel pour Numerama

L’oreillette droite du casque dispose d’une surface tactile autorisant plusieurs commandes :

  • Glisser vers le haut pour augmenter le volume ;
  • Glisser vers le bas pour diminuer le volume ;
  • Glisser vers l’avant pour la chanson suivante ;
  • Glisser vers l’arrière pour la chanson précédente ;
  • Appuyer deux fois pour accepter un appel et gérer la lecture ;
  • Appuyer longuement pour lancer l’assistant vocal.

À l’usage, c’est un véritable coup à prendre et l’absence d’un retour physique pénalise un peu l’ergonomie. En prime, ce n’est pas toujours pratique, ni très précis dans le feu de l’action. On préférera repasser par des commandes plus traditionnelles, c’est-à-dire par l’intermédiaire de l’appareil qui lit la musique. De son côté, l’oreillette gauche se contente de deux boutons physiques : un premier pour l’allumage et un autre à personnaliser (gestion de la réduction de bruit active ou raccourci vers Google Assistant ou Amazon Alexa).

Contrôle du son adaptatif du Configuration du casque casque Sony WH-1000XM4 // Source : Maxime Claudel pour Numerama

Depuis l’application, on retrouve toute une ribambelle de fonctionnalités à la pointe :

  • Extinction automatique (active par défaut) ;
  • Interruption de la musique en retirant le casque, reprise en le remettant (légère latence) ;
  • Réduction de bruit sur 22 paliers ;
  • Contrôle adaptatif du son avec détection des actions et/ou apprentissage des lieux (par exemple, le casque peut détecter que l’on se trouve au bureau et appliquer le réglage choisi en fonction) ;
  • Optimisation antibruit (adaptée à l’oreille et à la pression atmosphérique) ;
  • Fonction Quick Attention pour revenir à la réalité simplement en posant sa main sur l’oreillette droite.

Il y a tellement d’options pour affiner les réglages du WH-1000XM4 qu’il y a matière à s’y perdre. Ce n’est pas nécessairement un défaut : quand on met plusieurs centaines d’euros dans un casque, on a envie d’avoir le choix pour personnaliser au mieux son expérience. L’application Sony Headphones manque parfois de clarté mais, au moins, elle est bien garnie.

Plus léger qu’on ne pourrait le croire

Avec autant de technologies embarquées, on pourrait croire que le WH-1000XM4 est un casque lourd et imposant. Ce n’est pas du tout le cas : il est même étonnamment léger (254 grammes), ce qui constitue déjà un excellent point pour le confort. On rappelle qu’il s’agit d’un casque circumaural, ce qui veut dire qu’il recouvre l’intégralité des oreilles. Le risque, avec ce type de conception, tient dans la sensation d’écrasement qui peut finir par apparaître lors d’une longue session. Le WH-1000XM4, qui parvient à épargner les oreilles, n’y échappe pas, même si la mousse à mémoire de forme intégrée à l’arceau permet d’atténuer la gêne sur le haut du crâne.

En revanche, on ne conseillera pas l’utilisation du WH-1000XM4 dans une salle de sport : le cuir des oreillettes a tendance à marquer à cause de la sueur.

L’oreillette gauche du casque Sony WH-1000XM4 // Source : Maxime Claudel pour Numerama

Un rendu plein d’énergie

Avant d’évoquer le rendu sonore du casque, il convient de revenir sur les performances de sa réduction de bruit active. Le WH-1000XM3 avait accumulé les éloges sur ce point et, naturellement, son successeur ne vient pas trahir cet héritage. Pour qui veut s’immerger à 100 % dans ses playlists, le WH-1000XM4 constitue un allié de premier rang. Il parvient à étouffer le moindre bruit qui pourrait venir jusqu’à vous, mêmes ceux les plus compliqués à gérer (comme le clic produit par les touches de la première génération du clavier papillon des MacBook). Pour cette nouvelle génération, Sony ne révolutionne rien et préfère empiler les fonctionnalités et technologies plus ou moins utiles, en fonction des envies de chacun. Le contrôle adaptatif permet de modifier la puissance de la réduction du bruit selon quatre situations que le casque peut détecter (à l’arrêt, en marche, en course et dans un transport). Cela peut s’avérer utile pour ne pas avoir à régler manuellement à chaque nouvelle séance de running (qui demande d’être un peu alerte avec son environnement).

Sony maîtrise son sujet à la perfection

Du côté des prestations acoustiques, WH-1000XM4 s’en remet à une assise très affirmée dans les basses pour proposer un rendu généreux et plein d’énergie. De là, les médiums viennent se poser avec du détail à en revendre tandis que les aigus, s’ils peuvent apparaître en retrait, ne dénotent jamais. La signature sonore s’affirme dès lors avec beaucoup de chaleur, même si certains n’hésiteront pas à tempérer un peu la fougue, par peur de fatiguer. Pour cela, Sony propose un égaliseur complet pour qui voudrait ajuster selon ses préférences et, éventuellement, en fonction du genre musical écouté. Le fait de laisser le choix est une excellente nouvelle et ce n’est pas toujours le cas selon les produits.

Le WH-1000XM4 se montre tout aussi impressionnant dans la précision avec laquelle la scène sonore englobe les deux oreilles. Il y a un bel effort dans l’immersion et on a du mal à décrocher. C’est une preuve que Sony maîtrise son sujet à la perfection, au point qu’il est difficile de trouver des défauts à la fonction première du produit — qui doit d’abord être capable de sublimer la moindre session d’écoute.

Le casque Sony WH-1000XM4 // Source : Maxime Claudel pour Numerama

Un peu moins de 30 heures d’autonomie

Sony promet 30 heures d’autonomie avec son casque WH-1000XM4, une endurance qui implique l’activation de la réduction de bruit. On arrive plus ou moins à ce chiffre en pratique, ce qui permet au produit de tenir très, très longtemps (y compris pour un vol long courrier). Cette caractéristique lui permet d’enterrer le Bose Headphones 700, son principal rival limité à 20 heures d’utilisation.

Le casque WH-1000XM4 est livré avec un câble USB-C vers USB-A, sans adaptateur mural. La durée de recharge est donc variable, sachant que la firme nippone l’estime à trois heures au grand maximum.

En bref

WH-1000XM4

Note indicative : 5/5

Le WH-1000XM3 était une référence du marché. Le WH-1000XM4 vient prendre sa place sans rechigner. Il ne s’agit pas d’une révolution en soi, compte tenu de l’excellence de son prédécesseur. Sony peaufine un peu plus sa formule en ajoutant quelques fonctionnalités en sus, pas toujours nécessaires il est vrai.

Il n’empêche, le WH-1000XM4 vaut vraiment le prix réclamé : sa réduction de bruit active est bluffante tandis que ses performances acoustiques sont de haute volée, le tout dans un format très confortable. Ajoutez à cela les excellentes finitions made in Sony et vous obtiendrez un produit irréprochable, très endurant et supérieur sur certains points au Headphones 700 de Bose. Un vrai patron.

Top

  • Finition et confort
  • Réduction de bruit toujours aussi bluffante
  • Quel rendu sonore !

Bof

  • Design un peu sage
  • Un poil trop de fonctionnalités peut-être
  • Les contrôles tactiles

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo