Google annonce le Pixel 4a, un petit frère du Pixel 4 qui mise tout sur la photographie. Au prix plancher de 349 €.

Que de péripéties pour la déclinaison « a » du Pixel 4. L’an passé, Google avait sorti une version moins onéreuse du Pixel 3 en mai, devenue un must-have : le petit smartphone embarquait alors l’un des meilleurs appareils photo du marché, pour un prix défiant toute concurrence. À moins de 400 €, il explosait absolument tous ses concurrents et faisait même mieux que des appareils vendus le double ou le triple. En bref, Google avait une stratégie claire : faire des concessions sur le maximum de choses, tout en conservant une bonne expérience utilisateur et en préservant la partie photo du Pixel 3.

Le Pixel 4a // Source : Louise Audry pour Numerama

Petit gabarit, grandes ambitions

Le Pixel 4a reprend exactement la même formule, mais sort avec un retard conséquent : annoncé ce lundi 3 août, l’appareil ne sera disponible que le 1er octobre au prix de 349 € (399 € pour la sortie du Pixel 3a), quelques semaines seulement avant l’annonce du Pixel 5. De l’aveu de Google, ce décalage dans le calendrier est dû à la pandémie de coronavirus. Si l’on prêtait attention aux diapositives de la présentation du géant de Mountain View, faite à distance pour la presse, on pouvait même voir un copyright daté à 2019. Un détail qui souligne que cet engin devait être préparé depuis longtemps et aurait dû sortir au printemps, comme son prédécesseur.

Mais alors, que trouve-t-on dans ce Pixel 4a ?

Il faut noter d’emblée que Google a fait deux choix particulièrement séduisants : une taille compacte et un focus sur la photographie. Le smartphone, qui embarque tout de même un écran OLED de 5,8 pouces, tient extrêmement bien dans la main. La surface de la face avant occupée par la dalle est suffisamment conséquente pour qu’on se dise qu’on tient un petit smartphone. Les finitions plastique lui donnent un poids de 143 grammes : on l’oublie assez vite dans une poche. Bref, c’est un smartphone mesuré, qui conviendra à toutes les morphologies de mains et plaira à celles et ceux qui ne trouvent plus d’engins compacts. Remplacer a barre du haut par une caméra dans un poinçon permet aussi de gagner quelques millimètres d’écran.

Le Pixel 4a // Source : Louise Audry pour Numerama

La photo au cœur d’un smartphone

L’appareil photo est étonnamment logé dans un carré à l’arrière, qui n’est qu’une figure de style : il n’y a qu’un seul objectif de 12,2 Mpx, avec stabilisation optique et électronique, une ouverture à ƒ/1.7 et un champ de vision de 77 degrés. On regrettera l’absence d’un ultra grand angle ou d’un zoom, qui permettent de varier les positions, mais avec un Pixel dans les mains, la photo est reine.

Ces quelques jours avec notre version prêtée par Google nous montrent un engin tout aussi capable que le Pixel 4, qui, à notre goût, n’innovait pas assez par rapport au Pixel 3. Mais le Pixel 3 étant toujours une référence en matière de photographie mobile, ces critiques deviennent marginales : pour 349 €, vous aurez en octobre la possibilité d’acheter l’un des meilleurs photophones du marché. Et même si Samsung et Apple auront eu le temps de répondre avec les Galaxy Note 20 et la génération 12 d’iPhone, aucun de ces modèles ne coûtera aussi peu cher qu’un Pixel 4a. En d’autres termes, la promesse Google est tenue.

Le Pixel 4a de dos // Source : Louise Audry pour Numerama

Mais alors, où sont les sacrifices ? À ce prix, Google n’embarque pas le dernier processeur à la mode, mais opte pour un Qualcomm Snapdragon 730, cadencé à 2,2 Ghz. Ce sera largement suffisant pour la quasi-totalité des applications Android cela dit, d’autant que le Pixel 4a est livré avec 6 Go de RAM et 128 Go de stockage par défaut. Une puce matérielle « Titan M1 » épaule le processeur pour s’occuper de chiffrer le contenu de l’appareil et de gérer l’authentification. Par rapport au Pixel 4, on perd également toute la partie « reconnaissance faciale » : comme Apple avec son iPhone SE, Google a choisi un système de déverrouillage biométrique au doigt sur son appareil entrée de gamme. Le module « Soli » présent sur le Pixel 4, que nous trouvons parfaitement inutile pour le moment, disparaît lui aussi.

Le Pixel 4a sortira en France avec une version d’Android mise à jour, bénéficiant de nouvelles fonctionnalités, notamment le nouveau Google Assistant.

Reste à savoir à quel point Google ne créera pas d’embouteillage dans son offre : le Pixel 5 suivra le Pixel 4a de quelques semaines, tout au plus.

Le déverrouillage se fait au dos // Source : Louise Audry pour Numerama

Le Pixel 4a en bref

  • Une sortie tardive, en octobre 2020, mais à un prix plancher de 349 €
  • Un capteur photo unique associé à un traitement logiciel hors du commun qui en font un excellent photophone
  • Des caractéristiques milieu de gamme qui permettent de profiter d’Android

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo