Notepad++ dédie sa dernière mise à jour à Hong Kong, qui fait face à une ferme reprise en main de la Chine.

Vous l’avez peut-être remarqué en téléchargeant la nouvelle version de Notepad++, le célèbre logiciel libre d’édition de texte. La dernière mouture de l’application, numérotée 7.8.9, a reçu un surnom, « Stand with Hong Kong ». Son développeur, Don Ho, a voulu par ce geste avant tout symbolique témoigner son soutien à l’égard des hongkongais, qui subissent une très forte pression politique de la Chine.

« Vous pourriez penser que ce n’est pas vos affaires », explique Don Ho. Mais la nouvelle loi sur la sécurité nationale imposée par Pékin à la péninsule a une portée bien plus grande : elle peut viser n’importe qui dans le monde, puisque l’un de ses articles s’applique aussi aux individus qui ne sont pas résidents permanents — le risque est réel : si aucun pays ne se livrera à l’extradition de ses propres ressortissants, les personnes en transit pourraient se faire arrêter à l’aéroport, par exemple.

Notepad Hong Kong
La dernière version de Notepad++ se place aux côtés des Hongkongais.

« Le gouvernement chinois tente de briser la liberté et la démocratie à Hong Kong, et de supprimer notre droit à la liberté d’expression concernant Hong Kong. Je rejette l’idée que les droits à la liberté d’expression qui nous sont accordés soient restreints par un pays autoritaire. Notepad++ est aux côtés du peuple de Hong Kong », écrit-il. Et tant pis pour les critiques que cela va probablement entraîner.

Des mises à jour politisées

Ce n’est pas la première fois que Don Ho politise les mises à jour de Notepad++. Il y a eu des éditions en hommage aux manifestations de Tian’anmen, qui avaient été réprimées dans le sang par le pouvoir central chinois, en mémoire des victimes à Charlie Hebdo, en soutien des gilets jaunes, mais aussi de la population ouïghoure, victime de percussions en Chine.

Et parfois, ces engagements lui ont attiré des ennuis : certaines bénignes (Don Ho a par exemple été invité à laisser son logiciel neutre,), d’autres plus graves : le site de Notepad++ a été piraté à la suite de son édition « Je suis Charlie » et la mise à jour « Free Uyghur » a donné lieu à un raid de militants chinois sur GitHub, qui a pris la forme d’un déferlement de commentaires hostiles.

Ces reproches n’ont pas produit l’effet escompté : non seulement ces versions n’ont ni été retirées ni renommées, mais en plus Don Ho poursuit dans cette direction. Fin 2015, il avait par exemple demandé aux électeurs d’extrême droite de désinstaller Notepad++, en faisant remarquer qu’il est lui-même un immigré. À l’époque, il regrettait le manque de colonne vertébrale politique dans le monde des logiciels.

Lors d’une précédente version en soutien des Ouïgours, de nombreux militants pro-chinois s’étaient déchaînés contre Notepad++ sur GitHub.

Il reste maintenant à savoir comment cette nouvelle mobilisation politique de Notepad++ sera perçue. Si l’on se fie au dépôt GitHub, pour l’instant un seul message critique a été publié, en chinois. Une traduction approximative suggère que son auteur s’étonne qu’un développeur de logiciels s’occupe de politique, avant de verser dans diverses insultes. Un autre utilisateur est allé aussi dans ce sens.

Sur Twitter par contre, le message annonçant la sortie de la version « Stand with Hong Kong » a connu un bien meilleur accueil. Selon nos constatations, la quasi-totalité des messages applaudit et remercie l’attitude de Don Ho. Aucun message hostile n’a été vu pour l’instant — il est à noter que Twitter est censuré en Chine, ce qui limite de fait la visibilité du message et, donc, le risque de représailles.

Dans tous les cas de figure, on doute que Don Ho renonce à ses prises de position, même s’il se fait encore malmené sur les réseaux sociaux ou sur GitHub. Pour la simple et bonne raison que « si nous ne nous occupons pas de politique, la politique s’occupera de nous », avait-il mis en garde en 2019, lorsqu’il avait pris fait et cause pour les Ouïgours.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo