Le développeur de Notepad++ a décidé de baptiser la dernière version de son logiciel en honneur de la population ouïghour, qui subi une répression de la part de la Chine. Un engagement qui a fortement déplu à des internautes chinois.

Cela ne changera probablement pas la situation des Ouïghours en Chine, qui subissent une forte répression de la part de Pékin. Mais c’est une prise de position qui a au moins le mérite de remettre ce sujet sur le devant de la scène. Pour la sortie de la version 7.8.1 de Notepad++, un logiciel libre d’édition de texte, son développeur, Don Ho, a décidé de la nommer en l’honneur du peuple ouïghour.

Ce n’est pas la première fois que Don Ho, qui est par ailleurs ingénieur logiciel sénior chez Systran, prend position sur un dossier politique. En 2015, l’intéressé s’était fait remarquer en invitant l’électorat du Front national à désinstaller son programme, en rappelant que lui-même était issu de l’immigration. Quelques mois plus tôt, il sortait également une version de Notepad++ « Je suis Charlie ».

« Si nous ne nous occupons pas de politique, la politique s’occupera de nous »

Pour cette nouvelle édition, baptisée « Free Uyghur », rebelote. Sur le site du projet, il dit avoir bien conscience que cet engagement aura certainement des répercussions négatives sur la popularité de Notepad++, en particulier en Chine ou au sein de sa diaspora. « Parler de politique, c’est exactement ce que les éditeurs de logiciels et les entreprises privées essaient généralement d’éviter », observe-t-il.

Mais, poursuit-il, « le problème, c’est que si nous ne nous occupons pas de politique, la politique s’occupera de nous. Nous pouvons choisir de ne pas agir quand les gens sont opprimés, mais quand c’est notre tour d’être opprimés, il sera trop tard et il n’y aura personne pour nous ». Une mise en garde qui n’est pas sans rappeler la citation du pasteur Martin Niemöller, Quand ils sont venus chercher…

« Il n’est pas nécessaire d’être ouïghour ou musulman pour agir, il suffit d’être humain et d’avoir de l’empathie pour nos semblables », conclut-il dans son message.

code-source-programmation-informatique-developpement
Notepad++ sert notamment à écrire des lignes de code. // Source : WOCinTech Chat

Flood sur GitHub

Une empathie que, de toute évidence, nombre d’internautes ne partagent pas. Sur GitHub, un espace où les internautes ont la possibilité de remonter des bugs à l’auteur, plusieurs centaines de messages sont apparus pour dire à Don Ho tout le mal que certains pensent de sa prise de parole. À l’heure où nous écrivons ces lignes, les pages sont submergées de commentaires hostiles, écrits en anglais ou en chinois. Divers autres noms fleuris sont apparus, le qualifiant d’idiot, d’ignorant ou de « terroriste islamiste ».

L’espace de discussion de Notepad++ sur GitHub s’est fait envahir de messages, notamment en chinois.

D’autres réactions défendent l’intégrité territoriale et la souveraineté inaliénable de la Chine, en citant de façon assez surprenante Taïwan et Hong Kong, qui ne sont pas cités dans le message de Don Ho. Le Xinjiang, région autonome de la Chine, là où résident les Ouïghours, est aussi présenté comme chinois (y compris, donc, la population locale) et ayant toujours fait partie de l’Empire du Milieu.

Dans les nombreux autres messages, on note aussi plusieurs demandes pour une version dépolitisée de Notepad++ (« la politique ne devrait pas envahir le monde de la tech », « demande de fonctionnalité : nous avons besoin d’une édition libre-de-n’importe-quoi », « cessez de parler de ça », « arrêtez d’évoquer des questions politiques dénuées de sens, ça vous fait passer pour un idiot »).

D’autres lui reprochent de ne pas s’être rendu lui-même au Xinjiang pour constater de lui-même la réalité du terrain (« celui qui n’a pas enquêté et étudié n’a pas le droit de parler ! Venez en Chine voir ce qui s’est passé ! », « Je suppose que l’auteur n’est pas allé au Xinjiang, ni même en Chine. Pourquoi n’aidez-vous pas les pays persécutés par le monde occidental comme la Syrie, l’Afghanistan, l’Iran ? Hilarant ».

Des musiciens ouïghours à Korla, une ville du Xinjiang. // Source : cce

Un intervenant évoque l’attentat de la gare de Kunming, la capitale de la province chinoise du Yunnan, en 2014. L’attaque, qui a tué 31 personnes et blessé 143 autres passants, a été attribuée par le gouvernement chinois à des séparatistes ouïghours. Trois assaillants qui avaient été capturés furent pendus un an plus tard, malgré des critiques pointant l’absence de procès équitable.

La réalité de cet attentat ne doit toutefois pas masquer ce qui est de plus en plus souligné par des investigations sur le terrain. Au Xinjiang, on parle de rafles systématiques, de  politique de la délation, mais aussi de l’obligation d’installer un traqueur GPS dans les voitures ou un mouchard sur les smartphones de la population, ainsi que dans ceux des touristes étrangers.

De l’incompréhension et du soutien

Dans le flot d’intervenants, on note aussi quelques messages plus mesurés s’interrogeant sur les raisons pour lesquelles la Chine suscite un tel émoi (« Je ne sais pas pourquoi mes compatriotes occidentaux détestent tant la Chine ») ou s’étonnant de la désinformation ambiante (« déçu de voir le développeur Notepad++ soutenir le sectarisme anti-chinois et les fausses nouvelles »).

Certains lancent également des appels à l’ensemble des développeurs chinois sur GitHub, tandis que d’autres font savoir qu’ils désinstallent Notepad++.

Quelques messages pro-Hong Kong sont aussi apparus. // Source : Wikipedia

On note toutefois l’apparition de messages de soutien (« M. Ho, n’ayez pas peur de ces robots spammeurs chinois, vous avez tout notre soutien ») et des encouragements à aller plus loin (« Supprimez physiquement la base d’utilisateurs chinois hostile en retirant le support de Windows XP »). Des références pro-Hong Kong, à Winnie l’ourson (c’est un vrai sujet) ou encore au massacre de la place Tian’anmen sont aussi visibles.

Selon nos constatations, quelques messages ont été fermés et mis à la corbeille, mais il faudra certainement beaucoup de temps avant de rendre l’espace de signalement des bugs de Notepad++ utilisable. Sur Twitter, les opinions sous le message annonçant la sortie de la version « Free Uyghur » sont aussi très divisées, mais la situation est nettement plus calme que sur GitHub.

Cela étant, le compte personnel de Don Ho commence à être interpellé, là aussi avec des messages tantôt chinois tantôt anglais. Leur contenu ne diffère pas de ce que l’on peut lire sur GitHub. Il n’est toutefois pas sûr que cela embête outre mesure l’intéressé : son dernier message sur Twitter remonte au 26 février. Ses contempteurs peuvent bien s’égosiller, il est possible que ces messages ne soient jamais lus.

Et ça ne sera peut-être pas plus mal.

Partager sur les réseaux sociaux