Linus Torvalds vient de conseiller de ne plus utiliser la terminologie « maître/esclave », courante en informatique, et qu'elle soit remplacée par des mots plus neutres.

Linus Torvalds, le créateur de Linux, vient d’approuver une liste de termes plus inclusifs dans le langage informatique, a rapporté le site ZDNet le 11 juillet 2020. Depuis quelques semaines, la terminologie « maître/esclave », qui est couramment utilisée par les développeurs et codeurs, est remise en cause pour ses références à un système raciste d’oppression violente des personnes noires.

Le patron de GitHub, Nat Friedman, a par exemple annoncé le mois dernier que son entreprise était en train de travailler à une réévaluation des termes « maître » et « esclave » — en informatique, ces termes représentent une relation de domination / subordination.

Capture d’écran Linux // Source : git.kernel.org

De nombreuses alternatives existent

Pour Linux, de nombreuses alternatives à ce vocabulaire lié à l’esclavagisme ont été proposées :

  • premier/secondaire
  • principal/subordonné
  • initiateur/cible
  • demandeur/répondeur
  • contrôleur/appareil
  • hébergeur/travailleur
  • leader/suiveur
  • directeur/performeur

Les termes « blacklist/whitelist » (que l’on traduit parfois en « liste noire / liste blanche » en français) ont également été revus afin de conseiller l’utilisation d’autres terminologies comme « liste de refus / liste d’acceptation » ou « liste de bloquage / liste d’acceptation ».

Cette demande de changement a été initiée par Dan Williams le 4 juillet, et acceptée par Linus Torvalds le 10 juillet. Dans une publication, on peut lire que Linux n’interdit pas l’usage de ces mots mais demande « d’éviter de nouveaux ajouts » des terminologies « maître/esclave ».

Dan Williams a d’ailleurs répondu aux critiques qui se demandaient si le terme de liste noire était raciste ; « Alors que le terme d’esclave est directement relié à la souffrance humaine, l’étymologie de ‘liste noire’ n’a pas de connexion raciale dans l’histoire. Cependant, pour comprendre le problème, il suffit de penser à la possibilité de remplacer ‘liste noire’/’liste blanche’ par ‘liste rouge’/’liste verte’. Vous comprenez que ce remplacement ne vous semble cohérent uniquement parce que vous avez été sociabilisés pour comprendre que ‘rouge’/’vert’ signifie ‘stop’/’avancer’. La socialisation des termes blanc et noir, qui ont une connotation d’ ‘admissible’/’inadmissible’, n’est pas inclusive. »

Cette prise de conscience fait partie d’un processus plus large lié à Black Lives Matter, un mouvement qui a repris de l’importance à la fin du mois de mai 2020 après la mort de George Floyd, tué par un policier blanc qui s’est assis pendant huit minutes sur sa gorge alors que l’homme disait qu’il n’arrivait plus à respirer.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo