Quand il s'agissait de multiplier les capteurs photographiques, l'entreprise Light était à l'avant-garde. Après l'échec de son appareil photo et un partenariat avec Nokia peu fructueux, elle a annoncé arrêter sa conquête du marché des smartphones.

Les trypophobes sont soulagés : l’entreprise Light, connue pour ses modules photos compacts multipliant les capteurs, a affirmé qu’elle ne travaillait plus avec l’industrie du smartphone. Le concept de Light, proposé au grand public sur le Nokia 9 PureView, consistait à pallier les défauts des capteurs des smartphones difficilement adaptables à toutes les situations en en proposant plusieurs. Mais là où des constructeurs comme Samsung, Google ou Apple ont choisi la mesure, allant jusqu’à 3 capteurs, Light était dans l’extrême : son appareil photo compact L16 proposait 16 capteurs répartis sur la surface arrière de l’engin.

Très vite, l’entreprise avait intrigué le marché des smartphones, en quête de solutions pour proposer plus de polyvalence sur ses appareils sans recourir à des objectifs interchangeables ou des zooms. Le Nokia 9 PureView a été le représentant de cette tendance, avec ses nombreux capteurs à l’arrière, mais n’a malheureusement pas su convaincre. Le temps de réponse était notamment trop long et les résultats en photographie ne justifiaient pas l’embonpoint général du smartphone. Cet épisode a peut-être servi à prouver que le logiciel était aussi au moins important que le matériel sur des appareils de ce type, qui doivent combler les lacunes de plusieurs focales fixes avec un traitement de l’image poussé.

Le Light L16 // Source : Light

Deux échecs pour Light

Comme le note AndroidAuthority, qui a obtenu l’information de Light sur l’arrêt des opérations dans l’univers des smartphones, Nokia a peut-être également été responsable de l’échec du concept. Alors que les smartphones les plus populaires ont multiplié les capteurs pour multiplier les angles de vue possibles (ultra grand-angle, zoom, etc.), Nokia a fait l’impasse sur ces nouvelles possibilités, en mettant uniquement l’accent sur des photos avec un meilleur grain rendu possible par les capteurs supplémentaires. Pas de quoi séduire le grand public, en somme.

Reste que Light avait déjà signé, en 2019, des partenariats avec Xiaomi et Sony pour d’autres smartphones basés sur leur concept. On ne sait pas, pour l’heure, si ces projets sont maintenus ou seront rangés dans le tiroir des concepts de smartphone éphémères. Et comme l’entreprise n’a jamais réussi à vendre son appareil photo compact à 16 capteurs à 2 000 €, peu convaincant par rapport à un smartphone ou un bon reflex, difficile de savoir dans quel secteur elle s’apprête à pivoter.

Partager sur les réseaux sociaux