[Reportage Numerama] Google Arts and Culture vient de lancer « Grotte Chauvet : à l'aube de l'art ». Cette expérience très complète vous propose de visiter la grotte via votre smartphone et via un casque de réalité virtuelle. Mais est-ce que cela vaut le détour ? On a testé.

Au fil de sa longue histoire, l’humanité a laissé derrière elle des merveilles. Les musées et les haut-lieux du patrimoine sont là pour qu’on puisse voir et comprendre ces trésors de nos propres yeux. Mais ce n’est pas toujours si simple : se pose la question de l’accessibilité de ces lieux. En plus de l’empreinte écologique du tourisme de masse, ou du fait que tout le monde ne peut pas voyager vers tous ces trésors, certains d’entre eux ne peuvent tout simplement pas être ouverts au grand public, par souci de préservation.

Ce problème touche la Grotte Chauvet. Découverte par hasard en 1994, on y trouve des milliers de peintures rupestres représentant des animaux. Ces œuvres font parties des plus anciennes au monde, puisqu’elles datent de l’Aurignacien, entre 37 000 et 33 000 ans avant notre ère. La grotte a été classée en 2014 au Patrimoine mondial de l’Unesco et elle est fermée au public pour protéger les joyaux artistiques que sont ces peintures rupestres. Il y a quelques années, un fac-similé d’envergure a été créé : la Caverne du Pont d’arc. Mais là encore, tout le monde ne pourra pas la visiter. C’est là qu’intervient l’expérience « Grotte Chauvet : à l’aube de l’art ».

L’expérience en VR propose un film qui vous plonge à l’époque des hommes et des femmes préhistoriques qui ont habités les lieux. // Source : Numerama

Le Syndicat Mixte de la grotte Chauvet et Google Arts & Culture se sont associés pour modéliser l’intérieur de la grotte dans les moindres détails. Il en résulte une visite guidée disponible à la fois sous forme de galerie en ligne, mais aussi et surtout en réalité virtuelle et en réalité augmentée. L’initiative vient directement des équipes de Chauvet, qui ont pris contact avec Google pour « proposer une expérience d’exploration immersive accessible au plus grand nombre », explique à Numerama Sixtine Fabre, directrice de Google Arts en France. Le projet a permis selon elle « d’explorer ce que la tech pouvait apporter à la découverte d’un art aussi ancien que l’art pariétal ». Mais que vaut réellement cette expérience ?

De l’art pariétal dans votre salon

En enfilant un casque de réalité virtuelle sur la tête (n’importe quel modèle, même Cardboard), vous voilà virtuellement présent en plein cœur de la grotte Chauvet. Deux expériences sont possibles : un film immersif qui vous plonge dans l’histoire de la grotte et une visite guidée. Dans les deux cas, la voix qui vous accompagnera est Daisy Ridley en VO et Cécile de France en VF. Durant la phase de test, proposée au Musée de l’Homme le 27 février 2020, Numerama a opté pour la visite.

Le déroulé de l’aventure est assez classique. On démarre à l’entrée de l’une des parties de la grotte, puis il faut cliquer une grande lumière, qui nous emmène automatiquement en face d’une première fresque pariétale ; et ainsi de suite. La voix off fournit pendant environ une minute quelques informations sur ce qui est représenté face à nous : quel type d’animal on voit, par quel technique a-t-il été réalisé, ce qu’il pouvait potentiellement signifier. La visite est assez agréable : nous ne sommes pas noyés sous les informations, il y a juste ce qu’il faut pour ressortir avec des connaissances, sans nous empêcher de vivre l’instant avec une certaine magie.

Car, de la magie, il y en a pas mal dans cette expérience. On pouvait craindre, avant de mettre le casque sur la tête, d’être bien loin des sensations que procure le fait d’être face aux toutes premières œuvres de l’humanité. Cette crainte… se confirme quelques instants, il faut bien l’admettre, lors de nos premiers pas dans la grotte. Mais l’équipe technique derrière le projet a réussi à retranscrire une véritable ambiance, une sensation de réalisme, tant et si bien qu’on oublie rapidement que ce ne sont que des images virtuelles.

Un très haut niveau de détails

Le niveau de détails y est pour beaucoup. Les images sont en haute définition et le soin est apporté à des petits éléments qui changent tout : des cristaux brillants au sol, par exemple. L’immersion est assez intégrale et c’est cela qui est plaisant. Plus important encore, on a la possibilité de se déplacer et, ainsi, de se rapprocher soi-même des fresques pour aller les admirer, les observer, comme si on leur faisait véritablement face. Un moment marquant advient lorsqu’on se retrouve soudainement face à un petit tunnel sombre, en se détournant d’une des fresques. On se sent pleinement plongé dans cette grotte ancienne.

De la réalité augmentée accessible depuis la page de recherche

Tout le monde n’a pas forcément chez soi un casque VR ni même un smartphone prenant en charge ce type de mouvements. Les équipes de Google Arts & Culture ont donc planché sur des alternatives. Parmi elles, il y a une version à 360° sur Youtube. On retrouve également des galeries en ligne, accompagnées de petits quiz. Mais ces galeries ne sont pas révolutionnaires, cela ressemble à ce que pourrait faire de nombreux sites pédagogiques sur des sujets archéologiques ou historiques.

Ce qui a davantage attiré notre attention sur le plan technologique, en revanche, repose dans la troisième approche disponible avec cette expérience : la réalité augmentée.

L’expérience en réalité augmentée est disponible depuis le navigateur directement. // Source : Numerama

Si vous tapez « grotte Chauvet » sur Google dans le navigateur de votre smartphone, vous tomberez en haut sur une section toute nouvelle, jamais intégrée ainsi auparavant : « Voir en 3D ». Si vous cliquez, vous lancez la réalité augmentée. Votre appareil photo va s’ouvrir et en un clic, en pointant l’objectif vers une surface plane, vous pourrez projeter une partie de la grotte Chauvet chez vous, par le prisme de votre écran. Les murs de la Grotte seront alors fixés et vous pourrez vous déplacer en procédant à une autre façon d’explorer ce joyau. En pointant vers des petits carrés d’information, une fenêtre s’affiche en fournissant quelques détails sur ce que vous êtes en train de regarder. Attention toutefois, la qualité graphique dépendra de votre connexion internet. Une version plus complète est disponible en téléchargeant l’app Google Arts & Culture, puis en téléchargeant le modèle de la grotte (autour de 25 Mo).

Compresser les données était un « défi technique »

C’était un «  défi technique », nous précise Sixtine Fabre. «  Il y avait énormément de données qui nous ont été transmises par l’équipe de la grotte. Il a fallu compresser tout cela, optimiser le modèle, pour rendre les objets accessibles à tous avec un simple téléphone portable. » Un projet aussi diversifié pour un seul lieu patrimonial est une première pour Google Arts & Culture. Même si Sixtine Fabre ne voulait pas en dire plus sur la suite, elle précise qu’« on a beaucoup appris ». De ses mots, et de ceux d’Amit Sood, le fondateur du programme, présent pour une conférence de presse, on comprend bien que la grotte Chauvet n’est qu’un début. Cette expérience semble presque être un bêta-test (assez réussi) de quelque chose que Google va chercher à généraliser et à perfectionner.

Du point de vue de l’expérience utilisateur, en tout cas, on ne saurait que trop vous conseiller de jouer le jeu et de vous plonger dans ces vestiges de notre passé artistique : que ce soit avec votre smartphone en réalité augmentée, ou avec un casque de réalité virtuelle, on en ressort émerveillé.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo