Le navigateur web Brave s'associe avec le site Archive.org pour trouver d'anciennes versions de pages web disparues, afin d'éviter de laisser les internautes face à une erreur 404. Une initiative qui n'est pas nouvelle.

Que faire des pages d’erreur 404 que l’on croise parfois sur le net ? L’idéal serait que les webmestres les corrigent aussi vite que possible dès qu’elles apparaissent. Mais il existe d’autres initiatives qui cherchent à les transformer en des pages plus utiles pour les internautes. C’est le cas du projet Not Found, qui consiste à les remplacer par des avis de recherche sur des mineurs portés disparus.

Le navigateur Brave, lui, tente une autre approche. En partenariat avec Archive.org, une organisation qui s’efforce d’archiver la mémoire du web, le logiciel va tenter d’afficher une capture passée de la page qui a aujourd’hui disparu, grâce au service de la « machine à remonter le temps » (Wayback Machine). En cas d’erreur 404, le navigateur envoie une requête pour voir s’il existe une trace antérieure.

Un exemple de page 404.

Une multitude d’erreurs HTTP prises en charge

L’erreur 404, qui indique qu’une ressource n’a pas été trouvée (un fichier ou une page web par exemple), n’est pas la seule qui sera gérée de cette façon. Quatorze autres codes sont gérés, moins connus du public mais que l’on peut croiser parfois. Il s’agit des erreurs :

  • 408 : temps d’attente écoulé ;
  • 410 : ressource indisponible ;
  • 451 : inaccessible pour des raisons légales ;
  • 500 : erreur interne du serveur ;
  • 502 : erreur de proxy ou mauvaise passerelle ;
  • 503 : service indisponible ou en maintenance ;
  • 504 : temps d’attente écoulé pour un serveur intermédiaire ;
  • 509 : dépassement du quota de bande passante ;
  • 520 : erreur de nature inconnue ;
  • 521 : refus de connexion depuis Cloudflare ;
  • 523 : échec de la connexion au serveur d’origine ;
  • 524 : expiration du délai de connexion malgré une liaison établie ;
  • 525 : échec de l’établissement d’une liaison sécurisée ;
  • 526 : certificat électronique invalide ;

Le partenariat entre Archive.org et Brave rappelle d’autres actions similaires.  En 2016, Mozilla lançait un projet expérimental pour son navigateur web. Via le programme Test Pilot, l’organisation proposait aussi de transformer les pages d’erreur 404 dans Firefox les rendre plus utiles à l’internaute. Là encore, l’idée était d’afficher une archive de la page qui n’est plus accessible normalement.

En 2017, Archive.org a lancé une extension dédiée pour le navigateur web Chrome avec ce même objectif. Des modules complémentaires existent aussi pour Firefox et Safari. Dans le cas de Brave, qui a intégré la fonction, il n’est pas précisé si une compensation financière, car Brave va envoyer des requêtes à la Wayback Machine. Cela dit, sa part de marché est modeste et l’on ne croise pas si souvent des erreurs HTTP.

Partager sur les réseaux sociaux