Google annonce que son service de recherche n'indexera plus les fichiers SWF (Flash) d'ici la fin de l'année.

Vous voulez chercher spécifiquement des fichiers SWF (ShockWave Flash) sur le net ? À l’avenir, il vous faudra passer par un autre moteur de recherche que Google : la firme de Mountain View a annoncé le 28 octobre avoir pris la décision de ne plus les référencer. L’entreprise californienne ne donne pas d’échéance précise, mais prévient que cette bascule va survenir « bientôt », avant la fin de l’année.

Que les webmasters se rassurent néanmoins : seuls les fichiers SWF ne seront plus pris en compte dans l’indexation : si une page contient des animations en Flash, Google continuera de la référencer, en tenant compte des autres éléments qui y figurent (texte, images, vidéos, balises, etc.). Google en est même certain : « La plupart des utilisateurs et des sites Web ne verront aucun impact de ce changement ».

Flash HTML5
Même Adobe pousse à opter pour du HTML5. // Source : Adobe

Compte tenu du fait que Google est le principal point d’accès des internautes au web — sa part de marché est d’au moins 90 % en Europe et est aussi majeure en Amérique du Nord — le changement est loin d’être anodin. Il rappelle l’influence qu’a l’entreprise dans la structuration du web : chaque choix ou modification que prend Google avec son moteur de recherche a des répercussions significatives pour les sites, qui sont contraints de s’adapter pour ne pas être déclassés, ou disparaître.

Fin du Flash en 2020

La décision de Google est toutefois commandée par un calendrier pressant : le concepteur de Flash, Adobe, cessera après 2020 de mettre à jour son logiciel. Au-delà, l’outil n’aura plus accès aux nécessaires correctifs de sécurité qui lui sont développés pour éviter d’en faire un vecteur de malveillance. Dès lors, il n’est plus raisonnable de continuer à prendre en compte des fichiers qui seront une source de nuisance.

Google a aussi mobilisé son navigateur web, Chrome, pour marginaliser Flash. // Source : Google

Surtout, il existe maintenant des alternatives bien plus satisfaisantes à Flash. Elles se nomment HTML5, WebGL ou encore WebAssembly et, selon Mozilla, qui supervise le développement du navigateur Firefox, « fournissent aujourd’hui la plupart des capacités et fonctionnalités que nos plugins ont inventées  ». C’est aussi pour cela que Firefox a pris la décision de délaisser Flash cette année.

La fin de l’indexation des éléments Flash s’avère être la dernière mesure prise par Google contre cette technologie. Outre la sortie de Swiffy, un outil que Google proposait dès 2011 pour convertir du Flash en HTML5, l’entreprise a décidé en 2016 de ne plus en proposer via son réseau publicitaire. Il a également mis à contribution Chrome, son navigateur, pour que les sites soient incités à en finir, avec une désactivation par défaut.

Partager sur les réseaux sociaux