Il paraît que ces « climatiseurs révolutionnaires » s'arrachent. Que vaut l'objet cubique mis en avant par les adeptes du dropshipping dans des présentations parfois à la limite de la publicité mensongère ?

Difficile de passer à côté pendant ces périodes de canicule tant les publicités ont été nombreuses. « Le climatiseur révolutionnaire que les Français s’arrachent  », disaient-elles, à la suite des articles des médias généralistes comme Le Monde, utilisant des solutions publicitaires de type Outbrain ou Taboola. « Un climatiseur de nouvelle génération bat tous les records de vente  » clamaient-elles sur Facebook ou Google, dans des publicités nombreuses. Derrière ces messages conçus pour toucher Françaises et Français affaiblis par les fortes chaleurs se cache la pratique décriée du dropshipping, sur laquelle Le Monde (oui) a enquêté.

L’illustration // Source : Louise Audry pour Numerama

Pour résumer simplement le dropshipping, on peut dire qu’il s’agit de la mise en relation d’un client avec un grossiste par l’intermédiaire d’un tiers qui se présente comme une boutique. Souvent, le schéma met en relation des usines chinoises avec des clients occidentaux par l’intermédiaire de sites web « vitrine » qui survendent les produits. Les mécaniques publicitaires associées permettent de générer des achats : pour 1 € investi en publicité, même mensongère, un dropshippeur sait combien il générera de vente par son site et pourra ainsi dégager une marge. SAV, service client, garantie, gestion des stocks : ce sont des concepts absents ou délégués aux usines dans le monde du dropshipping, qui frise souvent avec l’illégalité.

Pour comprendre ce que les clients finaux reçoivent, nous nous sommes mis à la place d’un dropshippeur et nous avons commandé un climatiseur révolutionnaire à 16 € pièce (et jusqu’à 5 € par unité pour une commande de masse) sur AliExpress. Que vaut-il ?

On a testé le climatiseur révolutionnaire que les Français s’arrachent

On a acheté un climatiseur « révolutionnaire ». Spoiler : c’était une erreur et on vous explique pourquoi 👇

Publiée par Numerama sur Vendredi 2 août 2019

L’achat

On peut reconnaître une chose à la pratique du dropshipping : elle sait bien faire illusion. Les sites web localisés dans la bonne langue, les produits bien mis en avant et qui semblent tous différents, les photos qui atténuent les défauts des objets… habile. Sur AliExpress, les vendeurs ne s’embarrassent pas d’autant d’artifices et on sait à quoi on va avoir à faire : un produit cheap.

Cheap // Source : Louise Audry pour Numerama

Nous avons choisi ni le moins cher des modèles ni le plus cher, mais il faut savoir que les différences entre les différents produits sont minimes. Le nom et l’emballage font illusion, mais il s’agit du même concept, avec parfois quelques fonctionnalités modulables.

L’expédition s’est bien passée, plus rapide que nous l’avions imaginée : 2 semaines, avec un suivi des colis absolument inopérant. Mais qu’importe : le produit au bilan carbone catastrophique, carton défoncé, est arrivé à la rédaction. Reste à voir maintenant ce qu’il a de révolutionnaire.

Le produit

Climatiseur révolutionnaire, cube de rafraîchissement : plusieurs noms pour le même objet // Source : Louise Audry pour Numerama

Rien. Avez-vous déjà essayé de mettre de l’eau dans un sac imperméable devant un ventilateur pour mieux vous rafraîchir ? Le climatiseur qui fait trembler l’industrie des climatiseurs ne va pas plus loin. Passons sur les illustrations absurdes et les accessoires absents (l’adaptateur) ou défaillants (le câble microUSB) : il s’agit ni plus ni moins que d’un réservoir d’eau glacée (à rafraîchir soi-même au congélateur ou au frigo), d’un ventilateur et d’une sorte de filtre qui s’imbibe de l’eau et qui ressemble à ce qu’on trouve dans les aspirateurs entrée de gamme.

Trois modes de puissance sont proposés qui n’ont pour effet que d’augmenter ou de baisser la vitesse du ventilateur… et le bruit. Dans une pièce où notre sonomètre relevait 40 dbA, il est monté à 50 dbA sur le mode 1, 56 dbA sur le mode 2 et un peu plus de 60 dbA sur le mode 3. En ressenti, le mode 3 est très bruyant, mais n’est bizarrement pas plus efficace pour rafraîchir que le mode 2. Le premier mode envoie de l’air à 25 cm et les mode 2 et 3 atteignent à peu près 60 cm, sur un flux très directionnel (vous ne sentirez rien à moins d’être en face) La gestion de l’air se fait avec un mécanisme en plastique qui oriente des pâles vers le haut ou le bas.

Childrenunder 10 years have to be sassisted bu guardian // Source : Louise Audry pour Numerama
La prise est peu fiable : le ventilateur s’éteint si on le bouge trop // Source : Louise Audry pour Numerama

Est-ce que cela fonctionne ? Si vous vous attendiez à un ventilateur brassant mieux le froid que la moyenne (jusqu’à ce que l’eau dans le réservoir chauffe), alors oui, mais c’est un principe physique vieux comme le monde et qui ne marche même pas très bien dans ce cas — préférez un drap mouillé à la fenêtre. Si vous vous attendiez à un climatiseur qui conditionne l’air, alors ce n’est clairement pas ce produit qu’il fallait acheter. Et même pour un simple ventilateur, ce bloc pas si petit que ça et franchement laid ne serait pas notre première recommandation : préférez l’un des ventilateurs USB ou de bureau que nous recommandons dans notre guide, par exemple.

Ce constat est partagé par l’UFC Que-Choisir qui mettait en garde contre ces appareils parfois nommés « Cubes de réfrigération », un terme déjà moins mensonger que climatiseur. Même les modèles dropshippés récupérés par nos confrères qui coûtent bien plus cher avaient des problèmes de finition, notamment des fuites.

L’eau // Source : Louise Audry pour Numerama

En bref

Cube climatiseur

Note indicative : 1/5

N'achetez pas cela, jamais, sous aucun prétexte. C'est un mauvais ventilateur avec un réservoir d'eau. Vous avez mieux fait d'opter pour un bon ventilateur, parfois moins cher que le prix demandé par les dropshippeurs.

Top

  • C'est rigolo à écrire comme test
  • Les images sur la boîte
  • Le poids plume

Bof

  • Tout
  • Le bilan carbone
  • Les arnaques qui fleurissent autour de ces machines

 

 

 

Partager sur les réseaux sociaux