Sans recevoir d'aide extérieure, un avion a réussi à atterrir automatiquement. Une innovation due à des chercheurs de l'université technique de Munich.

Des chercheurs de l’université technique de Munich (TUM) ont testé avec succès un système permettant aux avions d’atterrir de façon autonome : le C2Land. Dans une vidéo publiée le 8 juillet, on peut voir un petit aéronef terminer son vol sans que le pilote à son bord n’ait besoin de toucher aux commandes.

Pendant l’atterrissage, le pilote n’a pas besoin de toucher aux commandes. // Source : Youtube/TUMuenchen

À première vue, il ne s’agit pas d’une révolution puisque, comme l’explique la TUM elle-même dans son communiqué de presse, de nombreux avions peuvent déjà atterrir automatiquement. Ils ont par contre besoin d’une aide extérieure, comme des signaux radio émis depuis un aéroport, pour se repérer. Un engin équipé du système C2Land devient, lui, complètement autonome en fin de vol.

Pour atteindre ce résultat, les chercheurs de la TUM ont mêlé les capacités d’un GPS et celles de caméras « dotées de visions normales et infrarouges ». Le premier appareil permet à l’avion de naviguer, mais il peut manquer de précision à cause des interférences liées aux perturbations atmosphériques. Les caméras lui donnent donc une autre vision de l’environnement et permettent de mieux calculer la trajectoire à suivre pour atterrir.

Les caméras intégrées à l’avion permettent de calculer plus précisément les trajectoires. // Source : Youtube/TUMuenchen

Un atout pour l’aviation générale

Dans son communiqué, la TUM explique que « les grands aéroports ont accès aux systèmes qui permettent aux avions d’atterrir automatiquement, mais pas les plus petits. » Le projet C2Land est d’abord destiné à l’aviation générale, c’est-à-dire aux activités aériennes qui n’incluent pas les transports commerciaux. Même si la visibilité est mauvaise, l’arrivée d’un tel système permettrait aux pilotes de se poser sans trop de problèmes dans les aéroports disposant de peu de moyens.

Selon Martin Kügler, chercheur associé à la TUM, la création du système C2Land est également importante pour le futur de l’aviation : « L’atterrissage automatique est essentiel. C’est un système qui sera utilisé dans les transports de marchandises autonomes et bien sûr dans les taxis volants que les passagers emprunteront. »

Partager sur les réseaux sociaux