La chaleur humaine, très peu pour vous ? Une fonctionnalité Google Maps vous permettra d'éviter les métros et bus bondés.

Côté prédiction de l’affluence, il faut reconnaître que Google a mis en place des outils vraiment pratiques. Aujourd’hui, on peut vérifier en une recherche si un lieu populaire est bondé ou vivable. À partir de la fin du mois de juin 2019, Google va ajouter à Maps une autre fonctionnalité de prédiction : savoir à quel point les transports en commun sont bondés.

L’information commencera à apparaître dans 200 villes dans le monde. Pour essayer ce mode, il faudra se rendre dans l’application Google Maps sur Android ou iOS. Les villes incluses en France sont Paris, Bordeaux, Strasbourg, Nice et Marseille dans un premier temps. Les smartphones de la rédaction n’ont pas encore eu la mise à jour.

Pour avoir ces informations, Google se base évidemment sur des algorithmes, entraînés par ses utilisateurs. Depuis avril, comme le note FrAndroid, les utilisateurs de la fonctionnalité transports en commun de Google Maps ont pu voir apparaître des pop-up les invitant à estimer le remplissage d’un bus ou d’un métro. Avec ces informations, Google a pu repérer des motifs. À Paris, on ne s’étonnera pas que l’étude ait conclu que la ligne 13 du métro est la plus infernale au niveau de la fréquentation. Elle s’impose même dans le Top 5 des lignes les plus fréquentées du monde, avant certains métros de Tokyo qui, dans l’imaginaire collectif, sont pleins à craquer.

Si l’on reste dans la capitale française, on remarque que l’OrlyBus connaît aussi un pic de fréquentation et que le bus 393 autour de Créteil est l’un des transports en commun de l’agglomération les plus utilisés.

Pour connaître l’information sur la fréquentation en temps réel d’une ligne, il faudra lancer un trajet depuis Google Maps et choisir les transports en commun.

Prédire l’arrivée des bus

Cette mise à jour de Google Maps propose également une prédiction de l’arrivée des bus, sur les lignes ou les services où les informations en temps réel ne sont pas fournies par les opérateurs. Google a créé un modèle algorithmique basé sur le comportement d’un bus, pondéré par le trafic en temps réel. Il prétend pouvoir vous informer avec précision sur l’arrivée imminente, ou non, d’un transport en commun. D’autres applications, comme Transit, préfèrent se baser sur une estimation crowdsourcée automatiquement par les usagers du transport en question — encore faut-il qu’il y en ait.

Partager sur les réseaux sociaux