Le prince Harry et Meghan Markle ont un nouveau compte Instagram. Tout le monde s’en est réjoui… sauf un Britannique, qui s’est vu confisquer son pseudonyme au profit des membres de la famille royale.

Kevin Keiley ne s’attendait probablement pas à finir à l’antenne de la BBC un jour. Cet instructeur d’auto-école a été interviewé jeudi 4 avril par la télévision britannique pour une raison peu banale. Son compte Instagram, @sussexroyal, a été réattribué par le réseau social au prince Harry et Meghan Markle, sans qu’on lui demande son avis.

Aucune notification reçue

Kevin Keiley avait nommé son compte Instagram @sussexroyal en référence au club de football anglais Reading FC (surnommé les Royals) et à la région dans laquelle il vit, le Sussex. Le duc et la duchesse de Sussex convoitaient le même pseudonyme. Plutôt que de rajouter un tiret ou un code postal comme des internautes lambda… ils se le sont simplement appropriés, avec l’aide d’Instagram.

Le nouveau compte du prince Harry et Meghan Markle // Source : Capture d'écran Instagram / Numerama

Le nouveau compte du prince Harry et Meghan Markle

Source : Capture d'écran Instagram / Numerama

Le moniteur d’auto-école n’a pas été prévenu. « C’est mon fils qui me l’a dit, raconte-t-il par webcam interposée. Je n’en avais aucune idée, je n’ai pas reçu de notification me disant que cela allait arriver. »

Un procédé classique sur Instagram

La BBC a demandé à Instagram pourquoi une telle décision avait été prise. Le réseau social s’est justifié en expliquant que Kevin Keiley n’avait rien publié sur son compte depuis un moment et qu’il pouvait de fait être considéré comme inactif.

L'interview de la BBC. // Source : Capture d'écran BBC

L'interview de la BBC.

Source : Capture d'écran BBC

Cette politique est en place chez Instagram depuis des années. En 2014, la plateforme avait expliqué que les comptes restés longtemps inactifs — le laps de temps n’étant pas précisé — pouvaient perdre leur identifiant.

Les conditions sont précisées dans la FAQ de l’application : « Un compte est considéré comme inactif sur la base de plusieurs paramètres, notamment sa date de création, et si l’utilisateur s’y est connecté ou y a récemment partagé, aimé ou commenté des photos. » Le britannique a argué qu’il se servait pourtant toujours de son compte. S’il ne publiait rien, il likait de temps à autre des photos, ou se connectait juste pour en regarder, affirme-t-il.

Il a assuré ne rien avoir contre le prince Harry et Meghan Markle. S’il le souhaitait (ce n’est visiblement pas le cas), il pourrait déposer un recours auprès d’Instagram, comme toute personne dont le pseudonyme a été supprimé ou réutilisé. La plateforme a une politique de réaffectation des noms d’utilisateurs, pendant une période déterminée, dont la durée n’est là encore pas précisée.

Sur Twitter, le Britannique a reçu le soutien de nombreux internautes. Il s’est amusé des proportions que cette affaire a prise, tout en se réjouissant d’avoir pu garder son pseudonyme @sussexroyal sur Twitter.

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez les suivants : ne les manquez pas en vous abonnant à Numerama sur Google News.