L'application Morphin permet de créer des gifs avec son propre visage. Elle est gratuite, drôle et en même temps... un peu angoissante.

Vous vous ennuyez ferme et l’idée de créer des gifs avec votre tête incrustée dessus vous séduit ? Ça tombe bien, il existe une application mobile pour ça, a repéré TechCrunch.

Une appli iOS ou Android

L’application s’appelle Morphin. Elle est disponible sur iOS et Android, gratuitement. Elle est très simple d’utilisation. On s’inscrit avec un mail et un mot de passe, ou en reliant l’application à son compte Google ou Facebook.

L’application Morphin // Source : Morphin

Après avoir regardé un petit tutoriel, vous devrez vous prendre en photo. Vous n’aurez alors plus qu’à sélectionner le gif de votre choix. Pendant que l’application créé une petite merveille grâce à une intelligence artificielle, vous pouvez répondre à des questions qui concernent l’historique du gif.

Il vous suffit ensuite de télécharger vos créations préférées, de les envoyer directement par mail ou message ou de la publier sur les réseaux sociaux, grâce au bouton partager.

Des Gifs en 3D réussis

On trouve parmi les GIFs des animations très populaires comme le Salt Bae, un cuisinier devenu star du Web grâce à sa façon de saupoudrer ses aliments de sel. Ça, c’est moi en Salt Bae :

Tadam // Source : numerama

L’intégration des visages dans les GIFs en 3D est, il faut le dire, assez impressionnante. Voyez plutôt avec Marie Turcan, la rédactrice en chef adjointe de Numerama :

Marie, quand elle refuse nos sujets nuls // Source : Numerama

Quel avenir pour ces deepfakes ?

Morphin n’est pas seulement une application qui nous fait beaucoup rire. C’est aussi un business à part entière. L’entreprise française a levé 1 million de dollars durant l’été 2018 auprès de Betaworks, l’incubateur qui a boosté le site de gifs Giphy, rapporte TechCrunch.

Les applications de ces deepfakes (nom qu’on donne à des manipulations d’images extrêmement réalistes) sont nombreuses. Le cofondateur de Morphin imagine par exemple que l’on puisse remplacer les héros de jeux vidéo ou films par nos propres visages. Léopold Maçon, qui est stagiaire dans la rédaction, pourrait ainsi s’imaginer en cheffe diabolique dans Le diable s’habille en Prada – un rôle dans lequel il apparaît si convaincant que c’en est un peu angoissant.

Léopold, notre stagiaire, quand il arrive dans la rédac le matin. // Source : numerama

Les deepfakes font aussi naître des inquiétudes, justement parce qu’ils sont de plus en plus réussis et réalistes. En 2018, on a par exemple pu écouter un faux discours de Barack Obama, créé de toutes pièces par une intelligence artificielle. Début février, une élue américaine a mis en garde le gouvernement à ce sujet.

Partager sur les réseaux sociaux