Ils étaient nombreux, plus ou moins drôles, parfois français, parfois étranges : c'était les mèmes de l'année 2017.

1. Bob l’Éponge, moqueur

Le SpongeBob a été clivant, agaçant, et certains, alors que l’année touche à sa fin, ne l’ont toujours pas compris. L’image, largement utilisée sur Internet pour railler un propos, est tirée d’un épisode du dessin animé Bob l’Éponge de 2012. Dans ce dernier, le héros (une éponge) imite un poulet. Quelques années après, Internet en fera le motif d’une imitation moqueuse assortie d’une typographie typique : cElLe-Ci, qU’iL fAuT cOmPrEnDrE cOmMe UnE iNtOnAtIoN iRoNiqUe.

2. Un copain distrait

Une image stock — qui se révélait être une fabuleuse série — et la machine d’Internet est lancée d’abord chez les anglophones, et inévitablement dans nos contrées. Il est difficile d’expliquer ce qui apparaît aussi évident que la succession de regards que présente l’image stock, reprise infiniment par les internautes.

3. Un hot-dog qui danse

Il y a peu d’explication au succès de ce mème à part la popularité auprès des jeunes gens de l’application Snapchat. Cette dernière, toujours plus investie dans la réalité augmentée, a dévoilé sans explication un hot-dog dansant à insérer dans un environnement réel. Le succès a été instantané et inexplicable. Snap. Inc., la société éditrice du réseau social, a fini par jouer de la popularité de son hot-dog pour en faire un costume pour Halloween.

4. « Je ne suis pas venue pour souffrir ok »

Elle a peur des cafards, elle participe au talk-show C’est mon choix sur une obscure chaîne de la TNT, on la confronte à sa phobie. Froissée, elle grimace : « je ne suis pas venue pour souffrir ok  ». Un cri du cœur auquel chacun s’est déjà identifié en se retrouvant dans sa vie à, notamment, écrire des tops mèmes. Depuis, Meryem a raconté son histoire à Vincent Manilève et a déposé la marque « Je ne suis pas venue pour souffrir ok  ». On lui doit donc peut-être des royalties.

5. Salt Bae

Il est Turc, cuisinier et star de l’Internet : c’est Nusret Gökçe. Sa pincée de sel est devenue si célèbre qu’elle s’est inscrite dans le panthéon Internet de 2017 de facto.

Ottoman steak ?

A post shared by Nusr_et#Saltbae (@nusr_et) on

6. Drew Scanlon cligne des yeux

Drew Scanlon est un vidéaste venu du gaming, et lors d’une vidéo, dubitatif, il pose ce regard devenu depuis célèbre : entre stupéfaction et contrition, le jeune homme exprime une certaine surprise en clignant plusieurs fois des yeux. GIF le plus utilisé de nombreux mois de suite cette année, le mème a forcé Scanlon à analyser la raison du succès de cette expression : « Je pense que l’omniprésence du mème a à voir avec les très nombreuses choses qui se sont passées en 2017…  »

7. Il protège, mais il attaque mais plus encore…

He Protec but he also attac est un vieux mème qui a connu une nouvelle jeunesse grâce à l’ajout du most importantly qui lui a donné toute sa saveur.

8. Juste en face de ma salade ?

« Are you serious ? ! Right in front of my salad ?  » est une phrase qui a été vue de nombreuses fois cette année. Et si, prise à part, elle a déjà un potentiel humoristique, son vrai potentiel se cache du côté de sa source. La scène, extraite d’un porno gay, présente une jeune femme déjeunant une salade verte, et qui, en se penchant en avant, s’aperçoit que son ami est en train de se faire sodomiser derrière le plan de travail. Le succès a été tel que le studio MEN a décidé d’offrir un nouveau rôle à la jeune femme dans plusieurs productions où elle mange et prépare des salades pendant que… bref.

9. Playlist Spotify

C’est simple, c’est efficace et drôle : écrire des messages en formant des playlists Spotify. C’est d’autant plus drôle quand il s’agit de musiques connues de votre auditoire.

10. Les mèmes de la présidentielle française

L’hexagone n’a pas chômé durant la dernière présidentielle française. De Rends l’argent, au Mélenchologramme, la dernière campagne a été bien remplie en mème dans la langue de Molière. Nous avions alors dressé une compilation à la fin de cette éreintante campagne. Il est toujours temps de la découvrir.

À lire sur Numerama : De Rends l’argent à Marine Dances To et Perlimpinpin  : la campagne présidentielle en 11 mèmes

Partager sur les réseaux sociaux