Nvidia et ses partenaires tentent de réduire la facture au maximum pour leurs écrans BFGD démesurés. Ils pourraient tout de même coûter entre 4 000 et 5 000 €.

C’était au CES 2018 que nous avions rencontré pour la première fois les écrans de 65 pouces de Nvidia. Entre la télévision et l’écran de joueur, ces bêtes beaucoup trop grandes pour un bureau conventionnel s’affichaient comme des produits de la démesure. L’idée, pour Nvidia et ses partenaires, c’était d’associer les exigences du gaming (rafraîchissement élevé) à l’expérience des meilleures télévisions (4K, HDR). Et si à l’époque, le constructeur n’avait pas vraiment les cartes graphiques qui pouvaient faire tourner ces monstres, la sortie des RTX 2080 et 2080 Ti change la donne.

Nos confrères hollandais de Hardware-info ont pu rencontrer des responsables de Nvidia à la gamescom qui ont avancé quelques informations en plus par rapport à ce que l’on savait déjà sur ces monstres. Et notamment, leur fenêtre de sortie et leur fourchette de prix. Les BFGD pour Big Format Gaming Display sont attendus pour le premier trimestre 2019 à un prix compris entre 4 000 et 5 000 €. Oui, c’est plus cher que la plupart des écrans de PC et que la plupart des téléviseurs. À ce prix-là, on rejoint le haut de gamme des fabricants traditionnels, à la limite des gammes luxe (Signature chez LG par exemple).

BFGD selon Asus // Source : Asus

Il est donc primordial que Nvidia parvienne à communiquer sur ces écrans comme de véritables objets polyvalents, pensés aussi bien comme des téléviseurs que comme des écrans de jeu — optimisés ray tracing ? Et pourtant, dans nos entretiens menés début 2018, nous avions clairement perçu la volonté du constructeur de positionner ces écrans comme des moniteurs de jeu, qui joueraient pleinement la carte de l’immersion. Avec les RTX 2080 Ti vendues à partir de 1 300 €, cela fera une addition plutôt salée pour profiter du gaming PC haut de gamme en 2019. Mais si le format prend, il n’est pas exclu, comme souvent, que des modèles moins onéreux sortent des cartons des constructeurs d’ici un an ou deux.

Partager sur les réseaux sociaux