Selon le très réputé analyste Ming-Chi Kuo, Apple sortirait sa voiture électrique et autonome entre 2023 et 2025. Pourquoi faudrait-il y croire ?

Il suffit parfois d’un rien pour que les analystes se mettent à prédire des choses qui matérialiseraient alors leurs propres fantasmes. Prenons le cas de l’Apple Car, par exemple. Projet assez top secret de la firme de Cupertino, il aurait pris, ces derniers mois, une tournure moins centrée sur le hardware — commercialiser une vraie voiture — que software — donner naissance à une IA capable de faire rouler un véhicule et la proposer à des constructeurs automobiles. Mais une récente embauche a remis de l’huile dans le moteur

Apple a donc décidé d’accueillir dans ses rangs Doug Field, qui l’avait quitté pour une pige de cinq ans chez Tesla. Une information, officielle, qui pousse le réputé Ming-Chi Kuo du cabinet TF International Securities à songer de nouveau au développement d’une Apple Car, une vraie. Impossible ?

Prédictions Apple de Ming-Chi Kuo // Source : TF International Securities

2023-2025

Ming-Chi Kuo, cité par MacRumors le 14 août 2018, n’a pas peur d’annoncer une fenêtre de sortie : ainsi, l’Apple Car pourrait être commercialisée entre 2023 et 2025. Mieux, aux côtés des services et de la réalité augmentée, elle permettrait à Apple d’atteindre les 2 000 milliards de dollars en capitalisation boursière.

L’intéressé s’appuie sur des arguments tantôt recevables tantôt capillotractés, sachant qu’il n’a pas peur de définir l’Apple Car comme le futur produit star du géant de la tech. Regardons dans le détail.

  • « Une demande potentiellement énorme de renouvellement émerge du marché automobile, car il est redéfini par les nouvelles technologies. Un constat similaire au marché des smartphones il y a dix ans. » 

Argument recevable. Le marché automobile est en pleine mutation et les nombreuses innovations pourraient pousser les gens à s’équiper d’un nouveau véhicule. Mais c’est une donnée qui n’est pas l’apanage d’Apple et, en vérité, une jolie lapalissade qui reviendrait à dire : il va faire très froid cet hiver, le segment du pull-over va exploser.

  • « Les avantages technologiques d’Apple pourraient redéfinir la voiture et différencier l’Apple Car de la concurrence. » 

Oui et non. Si Apple sait concevoir des merveilleux produits, il y a un monde entre un téléphone intelligent et une voiture. À l’heure actuelle, hormis les cerveaux piqués à Tesla, rien ne permet d’affirmer qu’Apple a l’expertise nécessaire pour devenir un acteur capable de changer la donne. Sans compter les imprévus liés à la production (demandez à Tesla) et la prise en compte de la législation.

  • «  La division service d’Apple va connaître une croissance forte en s’introduisant dans le marché financier automobile grâce à Apple Car. » 

Oui. Mais Apple n’a pas besoin d’une voiture à proprement parler pour y parvenir… CarPlay amélioré suffit.

  • « Apple peut faire une meilleure intégration du hardware, du software et des services que ses concurrents de l’électronique grand public et que ses potentiels rivaux sur le marché automobile. » 

Certes. Ming-Chi Kuo cite la principale force d’Apple. Mais saura-t-il l’appliquer à un produit aussi complexe qu’une voiture ? On rappelle que l’Apple TV a parfois été un téléviseur — dans les fantasmes des analystes.

Dès lors, Numerama va aussi y aller de sa prédiction : au regard du pedigree d’Apple, on s’attend au lancement d’une fusée Apple Rocket pour 2050. Elle proposera même des voyages sur Mars. On attend les vôtres dans les commentaires.

Partager sur les réseaux sociaux