Alors que Bouygues et Orange ont reçu le feu vert du régulateur des télécoms pour tester la 5G dans certaines villes françaises, SFR a de son côté établi avec succès une liaison 5G en partenariat avec Nokia.

Ce n’est pas demain la veille que la 5G sera ouverte au grand public. La future norme de téléphonie mobile ne sera en place qu’après 2020. Certes, quelques opérateurs s’efforceront de la proposer le plus tôt possible, même si ce n’est qu’embryon d’accès 5G, afin de s’en vanter dans des publications commerciales, mais la bascule réelle n’aura lieu qu’au cours de la décennie suivante.

Si la promesse de l’ultra haut débit mobile peut naturellement attiser de l’impatience chez une partie des mobinautes, les opérateurs ne sont pas en mesure de répondre à cette attente dans l’immédiat : il leur faut en effet procéder à des expérimentations. C’est ce que font par exemple Orange et Bouygues Telecom, qui ont obtenu le feu vert du régulateur pour tester la 5G dans quelques villes françaises.

5G
CC Kārlis Dambrāns

C’est aussi le cas de SFR, qui s’est pour l’occasion associé à Nokia. Il s’agissait ici d’établir une connexion 5G « en utilisant le système 5G New Radio (NR) compatible 3GPP par transmission radio sur la bande de fréquence 3,5 GHz ».  Le test, qui s’est déroulé le 3 mai, a pris place au pôle scientifique et technologique Paris-Saclay, qui est situé au sud de la capitale, dans les locaux de Nokia.

« Les systèmes Nokia 5G NR utilisent des antennes intelligentes pour assurer des débits de plusieurs gigabits et des temps de latence de l’ordre de la milliseconde. Ceci permettra aux opérateurs d’augmenter la capacité de leurs réseaux dans le spectre de fréquence inférieur à 6 GHz pour fournir une zone de couverture étendue », détaille le communiqué revenant sur l’expérience des deux partenaires.

La répartition des usages sur la bande.

En France, la 5G sera proposée dans la bande allant de 3 400 à 3 600 MHz, du fait de la réorganisation des fréquences menée par l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes. La 5G disposera « de plus de 300 MHz contigus d’ici 2020 et de 340 MHz d’ici 2026 (voire 390 MHz là où les fréquences ne seraient pas utilisées pour le THD radio) », prévoit ainsi l’Autorité.

Nokia et SFR précisent à propos de leur test que la norme 5G NR « est destinée à prendre en charge un large éventail d’applications 5G et des services eMBB (enhanced mobile broadband) ». Celle-ci a été validée par les membres de l’organisme 3GPP (3rd Generation Partnership Project) en décembre dernier, mais une version plus aboutie doit être annoncée au mois de juin.

Partager sur les réseaux sociaux