Dans une position très confortable à l'aube des changements qui s'annoncent, Ford lève le voile sur une nouvelle génération de Focus, centrée sur les utilisateurs.

En vingt ans, Ford a vendu plus de seize millions d’exemplaires de sa Focus. Un rapide calcul et on se rend compte que le rythme de croisière commercial de cette automobile a frôlé le million annuel. Une prouesse qui place le constructeur américain dans une dynamique très positive, au point de lui faire dire qu’il a « des raisons d’être optimistes  » alors que de grands changements se préparent dans le secteur automobile.

Sa nouvelle Focus, dévoilée à Here East, à Londres, s’inscrit d’ailleurs dans une tendance affirmée, liée à « une vision future de la voiture intelligente dans un monde intelligent  ». Dans les faits, il est encore trop tôt pour qu’elle porte cette promesse sur ses épaules. Pour ainsi dire, la Focus 2018 — «  la Ford la plus accomplie et technologique jamais produite » — n’est même pas électrique malgré un investissement de onze milliards de dollars pour électrifier quarante modèles d’ici 2022. 

Ford décline sa Focus

Capable de fournir une conduite autonome de niveau 2, avec les options idoines, la Focus, imaginée à partir d’une feuille blanche, se veut comme la preuve d’une avancée technologique, une étape pour définir une nouvelle manière de concevoir des voitures via cinq plateformes flexibles. Presque paradoxalement, ce véhicule base sa conception sur une approche marketing très orientée vers les clients. Pour donner naissance à sa gamme, Ford a d’abord voulu savoir ce que plusieurs groupes de personnes nourries par des aspirations communes désiraient comme voiture et comme fonctionnalités. En ce sens, la Focus est « un produit pensé comme un produit, mais aussi comme une expérience ». Pour les ingénieurs, généralement à l’origine des premières pierres en matière de design, il était nécessaire de proposer quelque chose qui parle vraiment aux gens. 

« La Ford la plus accomplie et technologique jamais produite »

Esthétiquement, la Focus reprend l’identité visuelle de la dernière Fiesta. Il suffit de regarder le nez pour s’en convaincre. Sinon, on retrouve ce long museau, ce capot anguleux, cette calandre élégante, car discrète. Elle sera disponible en quatre déclinaisons répondant à autant d’usages : les sportifs voudront la ST-Line, les familles jetteront leur dévolu sur le break Titanium, les amateurs de luxe abordable rêveront de la Vignale (avec système audio Bang & Olufsen et finitions premium) et les aventuriers feront du crossover Active leur meilleur allié.

Sans surprise, la Focus embarque les technologies dites rassurantes regroupées sous le sigle Co-Pilot360. Elles « améliorent la protection, la conduite et le stationnement  ». On parle ici d’un régulateur de vitesse adaptatif associant Stop & Go, d’une reconnaissance des panneaux pour ajuster la vitesse et d’un maintien au centre de la voie, avec avertisseurs visuels et sonores pour prévenir le conducteur en cas d’écart sans réaction. Un ensemble de dispositifs particulièrement utiles en cas de bouchon ou de long trajet. On notera aussi un système d’éclairage adaptatif pensé pour prérégler les phares afin d’assurer une visibilité maximale avant d’atteindre un virage, une jonction ou un rond-point.

Au sujet de ces assistances, Helmut Reder, le directeur de la gamme de véhicules C mondiale chez Ford Europe, explique : « Pensez au moment où vous avez passé votre permis de conduite et à quel point vous deviez vous concentrer pour assurer votre sécurité sur la route. La conduite reste aussi exigeante, mais nous nous habituons à cette pression. Les technologies comme le Stop & Go et le maintien au centre de la voie simplifieront la vie des conducteurs en leur permettant de focaliser leur attention en étant moins stressés et plus confiants au volant ». 

À l’intérieur, la Focus n’oubliera pas d’être connectée en offrant un point d’accès WiFi pouvant accueillir jusqu’à dix appareils, une plateforme pour smartphone riche en informations utiles (localisation, état du véhicule, verrouillage/déverrouillage) ou encore un galet pour recharger son téléphone par induction.

À la veille d’une révolution technologique pouvant tout bouleverser, la Focus veut avant tout servir de pont entre ce que nous connaissons aujourd’hui et ce que nous connaîtrons demain. Un avenir où Ford espère conduire des gens et transporter des marchandises via un réseau de véhicules autonomes et une plateforme ouverte à des partenaires économiques, comme Domino’s à Miami. L’idée est de répondre aux enjeux urbains en transformant les villes en clients. Reste qu’aujourd’hui, les clients sont encore des humains. D’où cette Focus à la philosophie articulée autour de l’individu, moins sur l’ingénierie.

Partager sur les réseaux sociaux