Le constructeur Ford a récemment enregistré un brevet portant sur une voiture de police autonome. Dans le futur, les chauffards se feront peut-être arrêter par des robots.

Dans un futur plus ou moins proche, des infractions au Code de la route seront peut-être gérées par des voitures de police sans agent à l’intérieur. C’est ce que suggère un brevet récemment enregistré par Ford, qui songe à un véhicule autonome capable de faire appliquer la loi. Ce n’est qu’une réflexion, bien sûr, et rien n’indique que ce futur existera bel et bien un jour. Mais le fait est que les constructeurs envisagent le développement d’intelligences artificielles susceptibles de remplacer l’humain dans des situations nécessitant tout de même un soupçon de psychologie.

Une voiture de police robot

La technologie de Ford s’articulerait donc autour d’un véhicule de police autonome qui pourrait détecter des infractions de lui-même ou en coordination avec d’autres capteurs situés sur la route (des caméras de surveillance, des radars et même les feux tricolores). Pour sanctionner un chauffard, cet outil à disposition des forces de l’ordre serait apte à communiquer avec la voiture du coupable pour envoyer des messages au conducteur, vérifier son identité et signaler une verbalisation.

En tout cas, l’algorithme serait suffisamment évolué pour déterminer la nature de l’infraction et quelle(s) sanction(s) il est nécessaire d’appliquer (si sanction il doit y avoir). Le véhicule en question serait susceptible de se cacher pour devenir un radar mobile. C’est difficile de faire plus dissuasif.

En se projetant un peu et au regard d’une intelligence artificielle aussi puissante, on peut penser que ce Robocop aura la possibilité de prendre le contrôle d’un véhicule connecté à distance en cas de refus d’obtempérer. A priori, on en est encore loin.

Partager sur les réseaux sociaux