Une communauté composée de seniors aura accès à des taxis autonomes en 2018 pour ses déplacements. Au départ, il y aura un conducteur dans chaque véhicule, pour des raisons de sécurité. Mais à terme, sa présence ne sera plus requise.

Si la voiture autonome contient dans son principe la promesse  futuriste de libérer le propriétaire du véhicule de la nécessité de conduire, son arrivée sur la voie publique a des perspectives plus intéressantes qu’un simple confort pendant un trajet : elle pourrait en particulier faciliter le déplacement de populations qui sont plus ou moins éloignées de la conduite automobile.

Avec une voiture totalement autonome, des adolescents n’ayant pas (encore) le permis — si celui-ci existe toujours dans plusieurs décennies — disposeraient ainsi d’une autre façon de voyager, en plus des transports en commun. Idem pour les personnes subissant une suspension temporaire ou définitive du permis de conduire, les individus vivant avec un handicap ou les seniors.

Cette réflexion, la communauté The Villages, en Floride, l’a visiblement eue puisque il est prévu de déployer une flotte de taxis autonomes dans cette ville nouvelle, dont la particularité est de n’accueillir que des personnes d’un certain âge. Selon la BBC, The Villages compte environ 125 000 résidents du troisième âge et compte plus de 1 200 kilomètres de voie publique.

La flotte de véhicules sera opérée par l’entreprise Voyage Auto, une startup basée à San José (Californie) et le modèle de voiture pour les taxis sera la Fusion Hybrid du constructeur américain Ford. Selon la presse locale, il y aura dans un premier temps un conducteur humain à bord, pour les premières phases du programme, mais il est prévu toutefois de s’en passer à terme.

La plupart du temps, ce sera l’ordinateur de bord qui gérera la conduite. Cependant, il est indiqué que le comportement des véhicules sera surveillé à distance depuis un poste de contrôle et de commandement. Si jamais une situation inhabituelle survient, alors un opérateur humain pourra prendre le contrôle de la voiture et l’aider à passer la difficulté.

Selon Voyage Auto, l’objectif est d’atteindre un niveau 4 minimum sur l’échelle indiquant le degré d’autonomie d’une voiture. Elle doit être capable de conduire en autonomie et ne doit plus reposer sur le conducteur en cas de pépin (ou un opérateur à distance).

Partager sur les réseaux sociaux