Désireux de s'immiscer dans le marché automobile américain, GAC présente un concept 100 % électrique baptisé Enverge et visiblement conçu pour concurrencer Tesla.

Avec l’émergence des voitures électriques, les constructeurs chinois lorgnent sur les marchés étrangers. Preuve en est avec GAC Group, qui n’a pas choisi de faire de la figuration au salon international de l’automobile d’Amérique du Nord : en 2019, la filiale Guangzhou Automotiv Industry Group entend s’immiscer sur les terres de l’Oncle Sam. Et, afin de marquer le coup mais aussi les esprits, la firme chinoise a levé le voile sur Enverge, un drôle de nom pour un concept de voiture 100 % électrique au look inhabituel car très, très futuriste. Suffisant pour effrayer Tesla ?

Comment montrer que l’on existe

GAC Group a fait des choix forts pour donner vie à la Enverge, un SUV coupé : des portes en ailes de papillon, des vitres teintées pouvant accueillir de la réalité augmentée pour les passagers, des phares antibrouillards détachables pour être utilisés comme des ersatz de lampes torches, un volant ressemblant à celui d’une Formule 1 ou encore un tableau de bord qui semble flotter dans les airs. S’appuyant sur une batterie de 71 kWh, l’autonomie pourrait atteindre près de 600 kilomètres avec une charge sans-fil et ultra rapide au programme (10 minutes = 385 kilomètres).

« Nous voulons nous offrir une chance d’aller au-delà de nous-mêmes  » a indiqué Feng Xingya, président de GAC Group. Pourquoi y croirait-on plus que Faraday Future ou Byton ? Parce que GAC Group n’est pas une start-up ambitieuse à l’actualité parfois chahutée, mais une marque établie, revendiquant par exemple plus de 500 000 ventes rien qu’en Chine en 2016 (soit une croissance de 37 %). Pour percer aux États-Unis, un partenariat avec Fiat Chrysler est même évoqué. C’est un autre signe d’une stratégie relativement solide. Quant à l’Enverge, il devrait rejoindre la liste des prototypes qui font beaucoup parler mais n’atterriront jamais sur nos routes. Du moins pas sous cette forme.

Partager sur les réseaux sociaux